jusqu'au
25
avril
2020

En 2019, la photographe Anne Saffore a suivi la tournée en brousse à Madagascar du Père Bertrand de Bourran.

De retour en France, elle ressent l’absolue nécessité de témoigner du don total dans l’accueil bouleversant de générosité, de tous ceux rencontrés sur l’île rouge. C’est ainsi qu’est née son exposition photographique au nom sans équivoque : « Tout ce que j’ai, je Te le donne ».

 

 

« Si je vous dis : Madagascar.
Que me répondez-vous ?
Voilà. Sur le continent européen, la réponse est invariable…
Ne peut-on rien en dire d’autre ? Ce pays doit-il être consigné à un PIB par habitant fruit d’un égoïsme politique à l’égard du bien être populaire ?

Est-ce juste de limiter un être humain, tout un peuple à son porte-monnaie ?
Aux étoffes qui recouvrent son corps ? À l’apparence de son logement ?
Aux diplômes ou non accumulés ? À sa situation géopolitique sur la planète Terre ?
En sommes-nous arrivés là ? Ou encore là ?

Tout ce que j’ai je Te le donne… n’est pas à proprement parler un documentaire
sur une tournée en brousse aux côtés d’un prêtre catholique des MEP. Même si cela
y ressemble fortement.
Il serait plus juste cependant de le présenter comme une invitation au dénuement :
dénuement d’un regard paralysé d’a priori culturels, dénuement vers l’abandon,
la confiance, en ce cœur vibrant de l’inconnu.
Cet étranger d’à côté, ou venu de loin dans lequel à l’angle de l’humanité, il serait si facile de se reconnaître. Ou ici à Madagascar, ce peuple catalogué qui m’accueille, moi, devenue l’étrangère.

Tout ce que j’ai je Te le donne

Nous arrivions au nom du Christ
les portes disparaissaient
Les tables chantaient l’abondance
la nuit ressemblait au jour par une écoute infatiguée et bienveillante
Les larmes coulées à l’eau du baptême, au rythme des danses de félicitations.

Ce qui déjà, au nom du Christ, n’est pas si commun.

Qu’en est-il lorsque l’étranger ne semble venir qu’en son propre nom, ou pire,
celui d’un pays, d’un continent, de sa détresse, de sa faim, de sa solitude,
de son dénuement ?

Hé bien à Madagascar, à ce déjà si beau début Tout ce que j’ai je Te le donne…
s’est rajouté… et ce que je n’ai pas, je Te le donne aussi.

Cette invitation au don de soi sans compter, sans juger, sera assortie des souvenirs et réflexions sur cette capacité d’accueil qui pourrait se traduire en malgache : Tonga soa ! Bienvenue !

 

À ma filleule Kaliana,

Anne Saffore

 

 

Anne Saffore, comédienne-photographe a pour port d’attache la ville de Bordeaux.
Nomade dans l’âme, elle en largue les amarres régulièrement, avec pour destination, l’amitié.
C’est ainsi qu’en 2006 elle découvrit l’île de Madagascar et qu’elle y revint en 2019.
Trois foyers l’accueillent pour ce deuxième voyage, dont un presbytère à Tsarahasina, où vit un ami prêtre des Missions Étrangères de Paris, le Père Bertrand de Bourran, installé sur la grande île depuis près de 25 ans.
Arrivée à la période des tournées en brousse, Anne Saffore va le suivre sac au dos,
les yeux grands ouverts avec un cœur qui se dilate à chaque rencontre.

 

 

 

Infos pratiques

Exposition du 14 février au 25 avril 2020 du mardi au samedi de 10h à 12h et de 13h à 18h

Entrée libre

Inauguration de l’exposition en présence de l’artiste le jeudi 13 février à 18h
Soirée « Découvrir Madagascar » : chants, contes, témoignes… le vendredi 6 mars à 19h

 

Contact

Julien Spiewak communication@missionsetrangeres.com

Eric Henry 128ruedubac@missionsetrangeres.com

Missions Etrangères de Paris

128 rue du Bac 75007 Paris

Tel: +33 (0)1 44 39 10 40

missionsetrangeres.com

 

 

 

 

 


Date
jusqu'au samedi 25 avril 2020
Horaires
10h à 12h et de 13h à 18h
Lieu
128, rue du bac 75007 Paris
Prix
Entrée libre


Partager l'événement sur :