Terme(s) recherché(s) :


Une nouvelle réglementation vise à contrôler plus étroitement l’embauche des experts étrangers

18 mars 2010
Le Bureau d’Etat des experts étrangers vient de publier un document qui vise à « renforcer la gestion » des experts étrangers travaillant en Chine (5). Sa nouvelle réglementation s’adresse aux organismes de l’étranger qui fournissent du personnel à la Chine et à leurs intermédiaires locaux auprès des institutions chinoises qui recherchent des professionnels étrangers. Entrée en vigueur le 1er octobre 1993, la nouvelle réglementation traduit la volonté de Pékin d’exercer un contrôle plus étroit sur les experts étrangers dont certains propagent des idées (politiques ou religieuses) « subversives » ou donnent l’exemple de styles de vie immoraux.


Le Front uni redéfinit sa stratégie


Le département Action du Front Uni, qui a pour rôle de servir d’intermédiaire entre le pouvoir communiste et les éléments de la société chinoise, tels les adeptes des religions qui ne sont pas tout-à-fait prêts à admettre la légitimité de l’idéologie du Parti et de son pouvoir absolu, vient d’organiser une importante conférence à Pékin, du 3 au 7 novembre 1993. Elle a rassemblé plus de deux cents personnalités officielles parmi lesquelles des représentants du gouvernement et du Parti à divers niveaux. A cause du rôle-clé joué par le Front pour le maintien du contrôle du Parti communiste chinois sur la population, les membres les plus éminents de celui-ci ont assisté à la conférence : le secrétaire général du Parti, Jiang Zemin, le premier ministre Li Peng, son adjoint exécutif Zhu Rongji, le président du congrès national du peuple Qiao Shi, le président de la conférence consultative politique du peuple chinois Li Ruihuan, et le général Liu Huaqing, soit six des sept membres du Comité central, l’organe de décision du Parti.


Hubei : floraison de baptêmes dans le diocèse de Puqi


En trois années de travail, le père Joseph Wang Shukai, seul prêtre du diocèse de Puqi, a administré des baptêmes par milliers. La ville de Puqi, qui a aujourd’hui 460 000 habitants, ne comptait que 5 000 catholiques en 1949 à l’arrivée des communistes. En 1990, quand le père Wang y est venu pour la première fois, il ne retrouva que 20 catholiques dans tout le diocèse. Il n’y avait pas d’évêque et le dernier prêtre était mort deux ans plus tôt.


Henan : le seul évêque de la province autorisé par le gouvernement vient d’être ordonné


Le père Han Daoyi, élu le 23 septembre 1993 pour diriger le diocèse de Kaifeng, a été ordonné évêque le 7 novembre suivant à l’église de l’Immaculée-Conception de Pékin par Mgr Joseph Zong Huaide, évêque « officiel » de Jian et Zhoucun, président de la conférence épiscopale « officielle », assisté par deux autres évêques autorisés par le gouvernement, Mgr Michel Fu Tieshan, de Pékin, et Mgr Yu Chengcai, de Nantong (Haimen). Le nouvel évêque occupe le siège laissé vacant par Mgr He Chunming, évêque « officiel » de Kaifeng décédé en 1986. Depuis cette date la province du Henan n’avait plus d’évêque autorisé par le gouvernement communiste.


Les Tibétains catholiques de Kangding ne voient leur prêtre qu’une fois par an


Dispersées dans des régions montagneuses reculées du Sichuan, les communautés catholiques tibétaines du diocèse de Kangding assistent à la messe quand un prêtre venu de Xichang fait sa tournée annuelle dans leurs villages.


Qinghai : les forces de l’ordre écrasent une manifestation des musulmans de la minorité Hui en prenant d’assaut la mosquée de Xining


Pour mettre fin aux manifestations musulmanes qui se poursuivaient depuis cinq semaines dans la province de Qinghai, en Chine de l’ouest, des forces de la police et de l’armée ont pris d’assaut la grande mosquée de Dongguan à Xining, le 7 octobre 1993. Au cours des journées précédentes, des dizaines de milliers de manifestants étaient descendus dans la rue. Certains avaient attaqué des postes de police, brûlé des véhicules. Ils occupaient la plupart des mosquées de Xining, ville de 700 000 habitants au coeur d’une province à forte population musulmane. Le mouvement menaçant de s’étendre, la police réussit à disperser les musulmans venus en foule à la gare de chemin de fer et au départ des autocars dans l’intention d’aller manifester à Pékin.


Selon l’évêque « officiel » de Shanghai, le récent voyage de mère Teresa en Chine n’a aucun rapport avec la question des relations entre Pékin et le Vatican


Invitée par la fédération chinoise des handicapés, Mère Teresa est arrivée le 22 octobre à Shanghai où elle n’est restée qu’une journée (4). Elle a rencontré à Pékin le président de la fédération des handicapés, Deng Pufang, et serait parvenue à obtenir l’accord des autorités chinoises sur plusieurs projets de ses missionnaires de la charité.


Le cardinal Wu voit l’avenir de l’Eglise de Chine avec optimisme


En dépit des nombreux défis auquel son diocèse doit faire face à l’approche de 1997, le cardinal de Hongkong, Jean-Baptiste Wu Cheng-Chung a fait part de sa confiance en l’avenir à un groupe de voyageurs allemands : théologiens, sinologues et journalistes, de passage à Hongkong le 21 octobre après une visite de trois semaines en Chine continentale.


Hebei : deux évêques clandestins ont été remis en liberté


Deux évêques, dont on était sans nouvelles depuis leur incarcération il y a trois ans, viennent d’être libérés: Mgr Pierre Chen Jianzhang (1), évêque de Baoding, et Mgr Côme Shi Enxiang, évêque coadjuteur de Yixian. Leurs deux diocèses se trouvent dans la province du Hebei.


Mère Teresa fait un nouveau voyage en Chine où elle espère ouvrir une maison


A 83 ans et à peine remise de troubles cardiaques au mois de septembre, Mère Teresa a quitté Calcutta pour la Chine le 19 octobre 1993, munie d’un visa d’un mois. Quelques jours plus tôt elle avait confié : « Je dois aller en Chine, le Saint Père veut que j’y aille » et fait part à des journalistes de son intention de se rendre à Shanghai.