Salle des Martyrs

 

 

 

Histoire de la salle des Martyrs

1842, le séminaire des Missions Etrangères, rue du Bac, accueille les restes du Père Pierre Borie tué 4 ans plus tôt au Vietnam. Un retour qui suscite émotion, engouement et ferveur : Pierre Borie avait quitté le sémi- naire en 1830 ; les circonstances de sa mort étaient bien connues et avaient été commentées depuis longtemps. Un culte s’instaure autour de la châsse du martyr :
on l’a placé dans une chambre à l’étage et l’habitude est prise qui devient un rite du séminaire de passer chaque jour un moment à cet endroit.

La châsse de Borie n’est pas longtemps isolée : on adresse à Paris les restes d’autres victimes de persécutions au Vietnam et en Chine. L’encombrement des objets dans cette petite pièce à l’étage et l’affluence des visiteurs font qu’en 1867 on déménage au rez-de-chaussée : on s’adapte à la demande de l’extérieur.

Les béatifications dans le premier quart du XXe siècle entraînent d’autres modifications ou déplacements : des châsses monumentales ont été confectionnées et on peut toujours les apercevoir de part et d’autre des escaliers menant à la crypte.

Poursuivant son mouvement descendant, la salle des Martyrs est passée aujourd’hui du rez-de-chaussée à un niveau plus bas que celui de la crypte.

page2image7395008