Terme(s) recherché(s) :


Importante réunion de protestants à Shanghai

18 March 2010
Le numéro d’octobre 1990 de la revue “Tian Feng”, organe “officiel” des protestants, rapporte qu’une conférence commune a rassemblé, du 22 au 26 août 1990, à Shanghai, les responsables du mouvement des “Trois autonomies” et ceux du Conseil chrétien de Chine. Parmi les 200 délégués et observateurs, étaient présentes quelques personnalités politiques de premier plan du Conseil d’Etat et du Front uni, dont M. Ren Wuzhi, directeur du Bureau des Affaires religieuses.


Xinjiang: contacts interdits avec les étrangers


D’après le “Quotidien du Xinjiang”, cité par le “South China Morning Post” de Hongkong, le gouvernement régional de cette province, à majorité musulmane, a publié en septembre 1990 un nouveau décret interdisant à tous les groupes religieux “d’enseigner l’histoire de la guerre sainte” et d’avoir des contacts avec les étrangers: “Ils ne devront pas accepter de visites d’étrangers ou d’organisations religieuses étrangères, ni leur accorder d’interviews , ni leur demander de l’argent


Inauguration à Shanghai de l’imprimerie catholique


Mgr Jin Luxian, évêque “officiel” de Shanghai, a présidé, le 30 octobre 1990, la cérémonie d’ouverture de la première imprimerie catholique autorisée depuis le changement de régime en 1949. Des représentants du gouvernement chinois étaient présents avec ceux des Eglises de Hongkong, des Etats Unis, du Canada, d’Allemagne, ainsi que les consuls de France et d’Allemagne.


Pénurie de prêtres


La réouverture d’une église rénovée dans un village de la province méridionale du Guangdong a mis en lumière, une fois encore, le problème du renouvellement du clergé dans la communauté chrétienne.


Une enquête sur l’engagement politique des catholiques


Alors même que le cardinal Wu appelle les catholiques de son diocèse à s’engager activement dans les élections de 1991 (5), une enquête menée dans deux paroisses montre que les fidèles sont divisés sur la question de savoir si leur foi chrétienne exige une participation active à la politique.


Mgr Ding Guangxun: non à une révision éventuelle de la politique religieuse


Le leader protestant, Mgr Ding Guangxun, président du mouvement des Trois-autonomies et du Conseil chrétien de Chine, s’est vigoureusement élevé contre tout changement éventuel dans la politique religieuse du gouvernement définie en 1982 par le document n° 19 émanant du Comité central du Parti. On sait qu’un durcissement de cette politique a été envisagé au plus haut niveau depuis quelques mois (1).


Une nouvelle politique religieuse ?


Le gouvernement chinois serait en passe de réviser la législation concernant les religions. D’après une source de Hongkong généralement bien informée, le nouveau texte serait destiné à remplacer le document n° 19 de 1982 (5) qui sert de base à la politique religieuse depuis une dizaine d’années.


Le départ probable de l’ambassadeur de Taiwan au Vatican alimente les rumeurs


M. Chow Shu-kai, ambassadeur de Taiwan au Vatican, va prendre sa retraite dans les semaines qui viennent. Il serait remplacé par un diplomate qui n’aurait plus rang d’ambassadeur, selon des sources vaticanes citées par l’agence UCAN de Hongkong. M. Chow, un catholique âgé de 77 ans, était en poste à Rome depuis 1978. Ce changement de statut – en fait, sinon en droit – de l’ambassade de Taiwan auprès du Vatican serait dû à la volonté des autorités romaines qui ne tiennent pas à attirer l’attention sur leurs relations avec le gouvernement de Taipei.


Aumôniers aux Jeux asiatiques


Deux prêtres appartenant au diocèse de Beijing ont été officiellement nommés, par le gouvernement chinois, aumôniers des athlètes catholiques étrangers venus participer aux Jeux asiatiques. Pendant plusieurs mois, ils avaient étudié l’anglais afin de pouvoir entendre les confessions dans cette langue. Une chapelle avait même été édifiée dans le centre du village olympique et deux messes y étaient célébrées chaque jour, selon le rite pré-Vatican II.


Un appel à la communauté catholique internationale


Un communiqué du 10 août 1990, émanant de l’Eglise catholique “clandestine” du diocèse de Mindong, dans la province du Fujian, appelle la communauté catholique internationale à demander la libération des 2 évêques, 9 prêtres, et 4 diacres arrêtés au mois de juillet 1990 (2).