Eglises d'Asie

Dalits : une lettre pastorale de l’archevêque de Madras

Publié le 18/03/2010




A l’occasion du carême 1993, Mgr Casimir Gnanadickam, archevêque de Madras, a envoyé à ses prêtres une lettre pastorale concernant la situation des dalits (2) dans l’Etat du Tamil Nadu. Il y reprend les points principaux d’un rapport commandé par les évêques de cet Etat du sud de l’Inde et complété en février 1993.

L’archevêque de Madras estime pouvoir classer les problèmes des dalits chrétiens du Tamil Nadu en trois catégories : d’abord, l’absence de dalits dans les structures hiérarchiques de l’Eglise catholique; ensuite l’urgence de mesures socio-économiques propres à faire évoluer la situation de tous les dalits; enfin, la difficulté qu’éprouvent les gens de caste à traiter leurs frères dalits en égaux. Cette dernière difficulté se manifeste en particulier quand il s’agit de donner à chacun la place qui lui est due dans les écoles, les églises, les célébrations, et même dans les cimetières.

Il estime que, sur le problème des castes et sur celui des dalits en particulier, la situation qui prévaut dans la société indienne se reflète aussi dans l’Eglise catholique. Cela ne doit pas empêcher les chrétiens de se poser certaines questions : “Si nous n’arrivons pas à pratiquer l’égalité et la fraternité, demande-t-il, quelle crédibilité reste-t-il à l’Eglise comme Corps du Christ?”

En privé, l’archevêque de Madras se montre cependant assez critique à l’égard de certaines organisations de dalits qui, selon lui, utilisent parfois des méthodes condamnables pour se faire entendre et s’adonnent à des outrances verbales contre les évêques et l’Eglise catholique du Tamil Nadu. Il s’étonne aussi que le mouvement de libération des dalits chrétiens, si ardent quand il s’agit de combattre la hiérarchie ecclésiastique, soit si peu présent quand il faudrait soutenir les efforts de l’Eglise pour amener le gouvernement central à respecter ses engagements à l’égard des dalits chrétiens de toute l’Inde.

Mgr Casimir estime encore que beaucoup de demandes de financement adressées à des organismes catholiques internationaux par certains mouvements et par des prêtres dalits comportent des accusations infondées d’inertie voire d’opposition des évêques et de l’Eglise à l’égard de la lutte des dalits chrétiens contre l’injustice dont ils sont victimes dans la société indienne.