Eglises d'Asie

Les consignes publiées par la Conférence épiscopale indienne, à propos des écrits du P. Anthony De Mello, sont bien accueillies

Publié le 18/03/2010




Suite aux remarques de la Congrégation pour la Propagation de la Foi qui, en juin 1998, avait critiqué les écrits du P. Anthony De Mello, décédé en 1987 (9), la Conférence des évêques de l’Inde a publié des “consignes” pour les catholiques indiens, les appelant à lire les livres du P. De Mello avec “un sens de la mesure” et “une attitude critique”. Tout en remerciant le Saint-Siège pour les avoir alertés à propos de “certaines formulations inacceptables” que l’on peut trouver dans les écrits du théologien jésuite, les évêques indiens soulignent et apprécient “le bien” que ces livres ont pu apporter aux chrétiens comme aux non-chrétiens. Le P. Lisbert D’Souza, provincial des jésuites pour l’Inde, a apprécié ces consignes, les trouvant “mesuréesLeur “ton” aidera les catholiques “à lire les livres du P. De Mello avec soin”, a-t-il commenté. Il a aussi salué comme “bienvenu” le fait que la hiérarchie locale conseille les théologiens sur des problèmes de cette nature, plutôt que de charger le Vatican de leur envoyer “une lettre directe”.

Les écrits du P. De Mello, un théologien jésuite indien, avaient été critiqués l’an dernier par la congrégation romaine car ils montraient une distanciation progressive par rapport à des éléments essentiels de la foi chrétienne“. La lettre de juillet 1998, signée par le cardinal Joseph Ratzinger, soulignait, entre autres choses, comment le jésuite avait substitué, dans ses écrits, à la personne du Christ une image de Dieu sans formeet présenté Dieu comme un pur vide“. Réaffirmant que de tels termes sont sources de sérieuses incompréhensions“, les directives des évêques indiens demandent aux catholiques d’avoir bien présent à l’esprit les clairs enseignements” de l’Eglise sur Dieu, révélé dans le Christlorsqu’ils lisent les livres du théologien jésuite.

En réponse aux remarques du Vatican selon lesquelles les écrits du P. De Mello semblaient présenter Jésus comme un maître parmi d’autres“, les directives notent que le jésuite pouvait avoir écrit cela dans une tentative d’expliquer Jésus aux Indiens, qui croient en de très nombreux avatars(incarnations d’une divinité). Les évêques indiens mettent en garde les catholiques contre la tentation de diluer l’originalité du Christ“, qui sauve le monde du péché en manifestant sa divinité par son humanité“.

Le P. Soosai Arokiasamy, jésuite basé à New Delhi et secrétaire de la Commission doctrinale de la Conférence épiscopale, remarque que ces directives ne portent aucun interdit sur les écrits du [Père] De Mello, mais constituent une mise en garde pastorale“. Le P. Michael Amaladoss, professeur de théologie à New Delhi, souligne lui aussi le fait que les évêques n’interdisent pas la lecture des livres du P. De Mello. Il rappelle également que le jésuite indien prêchait sous forme d’histoires et d’anecdotes puisées dans tout le répertoire indien et pas seulement dans la tradition chrétienne. Si Tony [De Mello] aimait à raconter des histoires, alors il ne doit pas être lu et critiqué comme s’il avait écrit des traités de dogmatique avec l’usage rigoureux de termes précis que cela implique“, ajoute-t-il.