Eglises d'Asie

Les évêques philippins demandent aux prêtres de ne pas s’engager en politique

Publié le 13/10/2018




Les prêtres qui se présentent aux élections trahissent leur appel au sacerdoce, ont affirmé les évêques philippins alors que le pays se prépare aux élections législatives générales prévues en 2019. Plusieurs évêques philippins ont tenu à rappeler aux prêtres que le droit canon ne leur autorise pas à se présenter. Ils ont également mentionné l’habitude qu’ont de nombreux candidats de se rendre à l’église avant de présenter leur candidature, leur demandant de respecter les lieux. La cathédrale de Manille (photo) est en effet située face au bureau de la commission électorale.

Un évêque catholique philippin a demandé aux prêtres de ne pas chercher à se présenter aux élections, alors que les candidats se présentent cette semaine pour les élections législatives de 2019. Pour Mgr Buenaventura Famadico évêque de San Pablo et chef de la commission épiscopale pour le clergé, la politique ne fait pas partie de la mission du prêtre. « Laissons le service du gouvernement aux laïcs. Si nous nous engageons dans cette voie, cela supposerait que nous avons échoué dans notre tâche », a déclaré l’évêque, qui pense que la mission d’un prêtre est de « répandre la Parole de Dieu et guider les fidèles ». Les présentations officielles aux élections de mai 2019 ont commencé le 11 octobre et prendront fin le 17 octobre. La Commission électorale a déclaré qu’il y aura 61 millions d’électeurs philippins durant les prochaines élections, au court desquelles ils éliront les sénateurs, membres du congrès et les élus locaux.
Mgr Ruperto Santos, évêque de Balanga, a soutenu, quant à lui, qu’il n’autoriserait aucun membre du clergé de son diocèse à se présenter. « Je suis tout à fait contre, et jamais je ne laisserai l’un de mes prêtres se présenter aux élections », a souligné l’évêque, ajoutant qu’un prêtre « ne peut pas servir deux maîtres ». « En tant que prêtres, nous sommes déjà au service du peuple, et nous le faisons sans avantages ni privilèges ou intérêts personnels. Les prêtres sont pour Dieu avant tout », a poursuivi Mgr Santos, estimant que les prêtres qui s’engagent ainsi en politique trahissent « l’appel qu’ils ont reçu ». Mgr Arturo Bastes, évêque de Sorsogon, a également rappelé que le droit canon n’autorise pas les prêtres à entrer en politique. Dans le passé, des prêtres se sont présentés et ont été élus, mais il n’y a eu que deux issues pour eux : soit ils ont quitté le sacerdoce, soit ils ont été suspendus de leur ministère. Le père Jerome Secillano, membre du comité épiscopal des affaires publiques, a demandé aux candidats qui prévoient de se rendre à l’église avant de présenter leur candidature de respecter les lieux de culte. Le bureau de la commission électorale de Manille est situé, en effet, juste en face de la cathédrale où les candidats se rendent avant de présenter leurs candidatures. « N’y allez pas comme si vous participiez à un meeting politique, l’église est un lieu de prière », a rappelé le prêtre. Il a également demandé aux candidats de respecter l’église en évitant d’y coller des affiches.

(Avec Ucanews, Manille)