Eglises d'Asie

3 000 catholiques rendent hommage au premier cardinal sud-coréen

Publié le 22/02/2019




Le 16 février dans la cathédrale de Myeongdong, près de 3 000 personnes se sont rassemblées pour une messe à l’occasion du dixième anniversaire de la mort du premier cardinal sud-coréen, le cardinal Stephen Kim Sou-hwan, évêque de Séoul de 1968 à 1998 et mort le 16 février 2009. Il est notamment connu pour avoir résisté au régime militaire au pouvoir dans les années 1970 et 1980. Après sa mort, le 16 février 2009, près de 400 000 Coréens sont venus lui rendre hommage.

Près de 3 000 personnes se sont rassemblées dans la cathédrale de Myeongdong, le 16 février, pour célébrer une messe en mémoire du dixième anniversaire de la mort du premier cardinal sud-coréen, le cardinal Stephen Kim Sou-hwan, particulièrement respecté et vénéré aujourd’hui dans le pays. Sous l’autel, durant la célébration, avait été placé un autoportrait (photo) du cardinal Kim, qu’il avait peint en 2007, et sous lequel il avait écrit « un imbécile ». La messe était présidée par l’archevêque de Séoul, le cardinal Andrew Yeom Soo-jung, en présence de nombreux prêtres et évêques. Durant la cérémonie, plusieurs discours ont été prononcés par Mgr Alfred Xuereb, nonce apostolique en Corée du Sud, et par Mgr Hyginus Kim Hee-joong, président de la conférence épiscopale coréenne. Un discours du président sud-coréen Moon Jae-in a également été lu par Kim Yong-sam, vice-ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme. Durant son homélie, le cardinal Yeom a confié que « cette messe commémorative n’est pas seulement célébrée pour nous souvenir de lui. Malgré les nombreuses difficultés et les épreuves que nous traversons tous au quotidien, nous devrions tous essayer d’hériter du message d’amour et de gratitude qu’il a transmis dans ses derniers mots, ‘Merci, aimez-vous les uns les autres’ ».

L’archidiocèse de Séoul a préparé plusieurs événements durant l’année 2019 afin de faire mémoire du cardinal Kim. Avec notamment une exposition photos, l’exposition de ses reliques, un colloque universitaire et une messe spéciale pour la paix et la réconciliation du peuple coréen. Le cardinal Kim, qui a été nommé cardinal par le pape Paul VI en 1969 et qui a été archevêque de Séoul de 1968 à 1998, était également une haute personnalité sociale et spirituelle pour tous les Coréens. À l’époque de la dictature militaire coréenne, dans les années 1970 et 1980, le cardinal Kim n’a pas hésité à parler ouvertement contre le gouvernement au pouvoir. « Vous devrez d’abord me passer sur le corps », avait-il déclaré en juin 1987 quand la police a essayé d’entrer dans la cathédrale de Myeongdong afin d’arrêter les étudiants qui résistaient contre le régime. Il a toujours pris la défense des pauvres, des faibles et des plus fragiles, en insistant pour que l’Église se concentre davantage sur les activités pastorales auprès des personnes démunies. Après sa mort, le 16 février 2009, près de 400 000 Coréens sont venus lui rendre hommage.

(Avec Ucanews, Séoul)


CRÉDITS

DR