Eglises d'Asie

70 ans de la Guerre de Corée : l’Église sud-coréenne prie pour la paix de la péninsule coréenne

Publié le 26/06/2020




Ce jeudi 25 juin, 70 ans après le début de la Guerre de Corée (1950-1953), des messes pour la paix dans la péninsule coréenne ont été célébrées dans les seize diocèses catholiques sud-coréens, et notamment dans la cathédrale de Myeongdong (Séoul). « Quand la politique du pardon se répand, la justice devient plus humaine et la paix plus durable », a confié le cardinal Andrew Yeom Soo-jung, archevêque de Séoul, après une escalade des tensions intercoréennes depuis quelques semaines. La semaine dernière, Pyongyang a même détruit le Bureau de liaison intercoréen, ouvert après le sommet de 2018. Malgré tout, le cardinal Soo-jung a voulu souligner que « même si la véritable paix à laquelle nous aspirons est difficile à atteindre, ce n’est pas impossible ».

En 2010 à Séoul, une cérémonie officielle marquant le 60e anniversaire de la Guerre de Corée (1950-1953).

Le 25 juin, à l’occasion du 70e anniversaire du début de la Guerre de Corée, l’Église catholique sud-coréenne a célébré des messes commémoratives dans tout le pays. Les catholiques ont également prié pour la paix de la péninsule coréenne, toujours divisée. Officiellement, les deux Corées sont toujours en guerre, la guerre ayant pris fin avec une trêve et non un traité de paix. Les 16 diocèses sud-coréens ont célébré des messes afin de marquer les 70 ans du début du conflit (1950-1953), selon la Conférence épiscopale sud-coréenne (CBCK). L’agence de presse Yonhap a précisé que les paroisses locales ont respecté les mesures sanitaires (distances, masques, gel hydroalcoolique et contrôle des températures). L’archidiocèse de Séoul, qui compte 1,52 million de fidèles sur 9,78 millions d’habitants, a célébré une messe à 10 heures dans la cathédrale de Myeongdong, auxquels ont participé près de 230 catholiques. « Je voulais souligner que même si la véritable paix à laquelle nous aspirons est très difficile à atteindre, ce n’est pas impossible à réaliser », a affirmé le cardinal Andrew Yeom Soo-jung, archevêque de Séoul. Le 70e anniversaire de la Guerre de Corée est survenu après plusieurs semaines de tensions accrues entre les deux Corées ; la Corée du Nord a même dénoncé la Corée du Sud comme un « ennemi » et fermé toutes les lignes de communications transfrontalières. La semaine dernière, Pyongyang a également détruit le Bureau de liaison intercoréen, qui avait été ouvert en 2018 après un sommet entre les deux pays. « Quand la politique du pardon se répand, la justice devient plus humaine et la paix plus durable », a confié le cardinal Yeom. Ce dernier a invité tous les dirigeants à « dépasser les intérêts personnels et nationaux » afin de rechercher la paix commune et universelle en travaillant pour le bien commun, pour les deux Corées. Les paroisses de Suwon, Wonju, Daegu et Daejeon ont organisé des célébrations similaires, ainsi que celles de Chuncheon, Incheon, Uijeongbu et Masan. Mgr Lee Ki-heon, responsable de la Commission de réconciliation du peuple coréen de la CBCK, a également publié un communiqué appelant le gouvernement sud-coréen à trouver le moyen d’accélérer les échanges intercoréens sans violer les sanctions internationales. « Les progrès des relations intercoréennes n’ont pas pu avancer à cause des sanctions des Nations unies envers la Corée du Nord et à cause de la pandémie », a-t-il ajouté. « Comme l’a suggéré le gouvernement, nous appelons à trouver des moyens d’accélérer les choses en respectant les sanctions économiques envers le Nord. »

(Avec Ucanews, Séoul)


CRÉDITS

Korea.net / Service coréen de culture et d'information (Jeon Han)