Eglises d'Asie

À la maison Mère Teresa de Bhubaneswar, les Sœurs de la Charité célèbrent la Journée de la femme au quotidien

Publié le 09/03/2021




Le 3 mars, quelques jours avant la Journée internationale des droits de la femme, Mgr John Barwa, archevêque de Cuttack-Bhubaneswar, dans l’État d’Odisha, dans l’est de l’Inde, a rencontré Mère Prema, MC, supérieure générale des sœurs Missionnaires de la Charité, la congrégation fondée par sainte Teresa de Calcutta. Les religieuses de Bhubaneswar y dirigent un centre d’accueil pour les femmes démunies et marginalisées, où près de 150 femmes âgées sont hébergées. « Leur rendre leur dignité, c’est la meilleure façon dont nous pouvons célébrer la Journée de la femme », confie Mgr Barwa.

En septembre 2018, les Missionnaires de la Charité de Calcutta participent à une rencontre à l’occasion du 21e anniversaire de la mort de Mère Teresa.

« La mission de rendre leur dignité à 150 femmes âgées hébergées à la maison Mère Teresa de Cuttack Bhubaneshwar, toutes pauvres, vulnérables et marginalisées, est la meilleure célébration que l’on puisse faire de la Journée de la femme », confie Mgr John Barwa, archevêque de Cuttack-Bhubaneswar, dans l’État d’Odisha, dans l’est de l’Inde. Les Missionnaires de la Charité, la congrégation fondée par sainte Teresa de Calcutta, y dirigent un centre d’accueil pour les femmes démunies et marginalisées. « Accueillir et nous occuper de ces femmes, pour nous, c’est une façon de célébrer la vie au quotidien. Prendre soin d’elles, c’est notre façon de célébrer la Journée de la femme », ajoute sœur Phulibia, supérieure régionale MC. « C’est une maison d’accueil pour les femmes âgées défavorisées. Cette célébration de la Journée de la femme, pour nous, c’est quelque chose que nous marquons tous les jours par ce travail. Nous sommes engagées avec amour au service de ces femmes démunies, 24 heures sur 24. »

Témoignage de foi et de dévouement

La religieuse ajoute que cela veut dire, entre autres, « accomplir les nombreuses tâches quotidiennes comme les laver, les nourrir, laver leurs vêtements, les habiller, guérir, laver et bander leurs blessures… ». « Toutes ces activités se poursuivent au quotidien », souligne-t-elle. « Nous avons environ 130 femmes qui sont accueillies ici, sans compter le personnel. Leur âge varie. La plus âgée a environ 80 ans. Certaines d’entre elles ne peuvent se nourrir elles-mêmes. Après les repas, nous nettoyons leur vaisselle. Pour nous, notre célébration, c’est de nous occuper d’elles. » Ce mercredi 3 mars, Mgr John Barwa a rencontré Mère Prema, MC, supérieure générale de la congrégation. « Mère Prema a visité les communautés des sœurs MC de Bhubaneshwar, et elle est venue me voir à l’archevêché », confie l’archevêque. « Je lui ai dit que les sœurs sont des formidables témoins de foi par leur service, leur dévouement et leur engagement. J’ai remercié Mère Prema et la supérieure régionale pour leur service désintéressé auprès des plus faibles et des plus marginalisés d’Odisha, pour leur service et leur compassion sans distinction de caste ou de religion », ajoute-t-il.

« J’ai aussi organisé une rencontre de huit prêtres de l’archidiocèse avec Mère Mary Prema. Le père Mrutyunjaya Digal, le père Laxmikant Pradhan et le père Dibyasingh Parichha ont notamment raconté leur expérience des persécutions [d’août 2008 en Odisha], et Mère Prema était très émue de leur témoignage », poursuit Mgr Barwa, qui ajoute qu’elle a encouragé les prêtres. « C’est votre expérience, votre témoignage de foi ; je l’entends pour la première fois et je vous remercie tous pour tout ce que vous avez subi. Vous avez vécu avec foi. Soyez sûrs de ma prière », leur a-t-elle répondu. Mère Prema a aussi remercié Mgr Barwa et les prêtres « pour l’encouragement et le soutien de nos communautés des Missionnaires de la Charité dans le diocèse, pour la bonté manifestée aux sœurs MC et pour le travail accompli ensemble pour la construction du Royaume de Dieu ».

(Avec Asianews, Mumbai)


CRÉDITS

Ians