Eglises d'Asie

Bali : après de lourdes pertes, le tourisme international reprend à partir du 11 septembre

Publié le 27/08/2020




L’île de Bali, première destination touristique de l’Indonésie, a particulièrement souffert des conséquences de la pandémie, en raison de l’annulation des vols internationaux et de l’absence de visiteurs durant la période de confinement. Selon les autorités locales, les pertes économiques dépassent de loin celles qui avaient fait suite aux attentats de 2002, qui avaient causé plus de 200 morts. Les autorités doivent rouvrir l’espace aérien indonésien et autoriser les vols internationaux au cours des prochaines semaines. Le gouverneur de Bali a déclaré que le secteur du tourisme pourra reprendre pleinement dans l’île à partir du 11 septembre. L’île de Bali a enregistré à ce jour 4 220 cas de coronavirus, avec 3 701 guérisons et 51 décès.

Avec l’effondrement du tourisme, les habitants de Bali ont dû changer de mode de vie et revenir à la pêche ou aux champs.

Bali, souvent surnommée « l’île des dieux » en raison du grand nombre de lieux de culte de l’hindouisme balinais, est devenue au fil des années la destination favorite des touristes locaux et étrangers. L’île, frappée durement par la crise sanitaire qui a interrompu les voyages depuis l’étranger, pourra être rouverte au tourisme international à partir du 11 septembre. Les autorités locales et fédérales ont cherché à limiter les conséquences désastreuses de la pandémie sur l’économie de l’île de Bali. Les pertes économiques ont été « bien plus lourdes » que celles causées par l’attentat meurtrier d’octobre 2002, qui avait fait plus de 200 morts. Les autorités doivent rouvrir l’espace aérien indonésien et autoriser les vols internationaux au cours des prochaines semaines. Le gouverneur de Bali, I Wayan Koster, a déclaré que le secteur du tourisme pourra reprendre pleinement dans l’île à partir du 11 septembre. Il s’agit de la troisième étape d’un programme de réouverture progressif. La première étape est survenue en juillet, quand plusieurs mesures de quarantaine ont été levées, autorisant la population locale à reprendre les activités quotidiennes. Début août, la deuxième étape du programme de réouverture a permis aux Indonésiens de visiter à nouveau l’île de Bali. Afin de contenir la pandémie et d’éviter la transmission du virus, les autorités indonésiennes ont préparé une série de tests rapides pour les passagers arrivant à l’aéroport international de Bali. Toutefois, les autorités civiles et la population locale s’inquiètent vivement des conséquences économiques de la pandémie. « Cela prendra quatre ou cinq ans avant de pouvoir retrouver une situation normale », assure Respatia, un habitant de Bali.

Retour aux champs après l’effondrement du tourisme

Les préparatifs avant le retour des touristes sont « toujours en cours », explique-t-il. « Il y a beaucoup d’activité dans les hôtels et les restaurants avant la réouverture officielle. Mais cela prendra du temps de relancer le tourisme et de lui permettre de retrouver sa gloire perdue à Bali. » En raison de la pandémie, le tourisme indonésien s’est effondré. À l’heure actuelle, les pertes mensuelles ont atteint près de 65 millions de dollars US, selon le vice-gouverneur Tjok Oka Artha Ardhana Sukawati. Ce dernier explique que les habitants de Bali « ont dû changer de mode de vie » et « gagner leur vie différemment, en devenant fermiers ou pêcheurs ». Selon les autorités sanitaires, l’île de Bali a enregistré à ce jour 4 220 cas de coronavirus, avec 3 701 guérisons et 51 décès (dont 49 locaux et deux touristes étrangers). Bali a également été confrontée à un autre problème en raison de la présence de groupes de touristes australiens, qui se sont retrouvés bloqués sur l’île au début de la pandémie, en raison des restrictions sur les déplacements et des vols annulés. Avant la crise sanitaire, il était facile de rejoindre Bali depuis Perth, dans l’ouest de l’Australie. Un vol direct ne prend que trois heures et demie, contre cinq heures depuis Sydney, sur la côte est australienne. Aujourd’hui, les habitants de Perth qui sont encore bloqués à Bali vont devoir payer 1 110 dollars US pour un vol économique passant par Singapour, avec deux escales.

(Avec Asianews, Jakarta)


CRÉDITS

DR