Eglises d'Asie

Bhopal : Mgr Leo Cornelio dénonce une distribution de riz avarié au Madhya Pradesh

Publié le 09/09/2020




Le 6 septembre, Mgr Leo Cornelio, archevêque de Bhopal dans l’État du Madhya Pradesh, a dénoncé une vaste escroquerie de distribution de riz avarié dans plusieurs districts, notamment ceux de Mandla et de Balaghat, majoritairement indigènes. « C’est d’autant plus révoltant qu’il s’agit de communautés démunies qui sont largement dépendantes du gouvernement pour leur nourriture, en particulier en ces temps de pandémie », a souligné l’archevêque, après un rapport du gouvernement fédéral dénonçant l’affaire. Sur 71 millions d’habitants au Madhya Pradesh, près de 40 % vivent sous le seuil de pauvreté.

Un homme du Kerala dans une rizière, dans le sud de l’Inde.

Mgr Leo Cornelio, archevêque de Bhopal, capitale de l’État du Madhya Pradesh, dans le centre de l’Inde, a annoncé vouloir poursuivre en justice les responsables d’une distribution de stocks de riz avarié, via des commerces à bas prix de la région. Mgr Cornelio est intervenu après la publication d’un rapport du gouvernement fédéral indien, à propos de la distribution de riz « impropre à la consommation » dans les districts de Mandla et de Balaghat, majoritairement indigènes. « Je suis choqué d’apprendre que le système gouvernemental a permis de distribuer du riz totalement impropre à la consommation. C’est d’autant plus révoltant qu’il s’agit de communautés démunies qui sont largement dépendantes du gouvernement pour leur nourriture, en particulier en ces temps de pandémie », a déclaré l’archevêque de Bhopal. Le ministère fédéral de la Consommation, de l’Alimentation et de la Distribution publique a en effet annoncé que ses équipes ont collecté 32 échantillons de céréales alimentaires en vue de les tester. Les résultats ont montré que les stocks de riz avaient été récoltés cette année dans des moulins, entre mai et juillet. Mais selon le rapport du ministère fédéral, il s’agissait de vieux stocks, et les sacs de jute utilisés avaient au moins deux ou trois ans.

Le gouvernement indien distribue des céréales comme du riz ou du blé en dessous du prix du marché via le système de distribution public, afin de lutter contre la pauvreté. Mais une véritable escroquerie, impliquant des hommes d’affaires, des bureaucrates, des négociants et des responsables politiques, a entraîné la distribution de céréales abîmées et avariées. L’argent récolté servant à acheter des grains de qualité. « Cette arnaque ne se limite pas aux districts de Balaghat et de Mandla. Elle s’étend à plusieurs districts et elle a des appuis en haut lieu », a affirmé Kamal Nath, ancien ministre en chef de l’État du Madhya Pradesh, en demandant une enquête du CBI (Central Bureau of Investigation). Le gouvernement de l’État, actuellement dirigé par le parti BJP (Bharatiya Janata Party) pro hindou, a affirmé avoir déjà ordonné une inspection des stocks à travers l’État indien. Un porte-parole du gouvernement local a assuré auprès des médias que les coupables seraient condamnés. Le 6 septembre, Mgr Cornelio a affirmé que cette escroquerie aurait des conséquences directes sur les vies de plusieurs millions de personnes vivant au Madhya Pradesh. L’évêque a ajouté qu’il s’agissait d’une affaire grave pour l’État indien, où près de 40 % des 71 millions d’habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté. « Cela met en danger la santé de quasiment la moitié de la population de l’État », a insisté Mgr Cornelio, qui a appelé le gouvernement à poursuivre tous les responsables. « Si on n’aime pas vraiment la vie humaine et qu’on ne la respecte pas, il est inévitable que ce genre d’affaires survienne dans notre société », a-t-il déploré. L’archevêque de Bhopal a insisté en appelant à respecter et protéger toute vie humaine, au nom du Dieu Créateur.

(Avec Ucanews, Bhopal)


CRÉDITS

DR