Eglises d'Asie

Caritas Philippines lance un service d’accompagnement juridique en ligne pour les travailleurs philippins

Publié le 04/05/2021




Le 1er mai, à l’occasion de la Journée internationale du travail, l’Église philippine a lancé un service d’accompagnement juridique en ligne aux côtés de la Caritas locale, afin de lutter contre les violations des droits des travailleurs durant la pandémie. Pour Jehn Louie Velandrez, conseiller juridique de Caritas Philippines, ce programme, diffusé en direct sur la page Facebook de l’organisation, est une façon d’honorer les travailleurs philippins et leur donner la protection qu’ils méritent en cette période de crise – plus de 20 millions d’entre eux ont été affectés par la pandémie.

Des séminaristes philippins participent à une marche à l’occasion de la Journée internationale du travail.

Le 1er mai, à l’occasion de la Journée internationale du travail, Caritas Philippines a débuté un service de deux heures mensuelles aux côtés d’avocats spécialisés, afin de lutter contre les abus des droits des travailleurs durant la pandémie. « Ce sera diffusé en direct sur la page Facebook de Caritas tous les vendredis. Tous les travailleurs peuvent publier leurs questions sur la page, et elles seront traitées en direct durant le programme », explique Jehn Louie Velandrez, conseiller juridique de Caritas Philippines, qui ajoute que cette initiative est une façon d’honorer et d’aider les travailleurs philippins, en leur donnant la protection qu’ils méritent alors qu’ils essaient de maintenir l’économie nationale en cette période de crise. « Il y a beaucoup de travailleurs qui ont besoin d’assistance et de conseil juridique, et nous espérons que ce programme en ligne sera accessible à autant de monde que possible. » Parmi les invités du premier épisode, on comptait notamment Sonny Matula, avocat et président de la coalition de travailleurs Nagkaisa, ainsi que Mgr Broderick Pabillo (administrateur apostolique de l’archidiocèse de Manille en attendant l’installation du cardinal Jose Advincula).

Plus de 20 millions de travailleurs philippins affectés par la crise

Sonny Matula a notamment expliqué la situation et les sentiments actuels des travailleurs philippins sous l’administration Duterte. « Les espérances qu’ils avaient concernant le président Duterte se sont évanouies. Cela a été une demi-décennie d’échecs et de souffrances, particulièrement durant la crise sanitaire. Nous ne voyons aucune perspective de changement durant les mois restants sous l’égide de Duterte », a-t-il commenté. Selon lui, l’économie philippine a reculé de près de 9,5 % en 2020, soit les pires chiffres enregistrés depuis la Deuxième Guerre mondiale. « Plus de 20 millions de travailleurs philippins ont été affectés par la pandémie. Beaucoup d’entre eux ont été licenciés. Certains ont été renvoyés sans aucune compensation. Malgré la crise que traversent les Philippines, il y a aussi des cas manifestes de violations des droits de l’homme dont certains employeurs se sont rendus coupables. »

Mgr Jose Colin Bagaforo, évêque de Kidapawan (province de Cotabato) et responsable national de Caritas Philippines, a assuré qu’il y aurait des échanges avec le ministère du Travail dans le but d’offrir des opportunités d’embauche à ceux qui ont perdu leur travail. « Nous voulons utiliser les ressources et le soutien technique de l’État, non seulement pour la création d’emplois mais aussi afin de créer des entreprises qui soient plus durables et valorisantes », a confié Mgr Bagaforo en s’adressant aux journalistes. L’évêque a également rappelé aux catholiques l’importance de la dignité humaine dans le travail. « La journée du travail est aussi la fête de saint Joseph. Cette année est aussi l’Année de Saint Joseph. Et nous voulons d’abord demander à saint Joseph de bénir nos travailleurs. Nous demandons aussi à ces derniers de garder la foi. Et souvenons-nous que nos travailleurs ont une dignité. Ils sont prioritaires sur le capital », a-t-il poursuivi. « Les travailleurs produisent de la richesse. Ils sont importants. Puissions-nous, en cette Journée du travail, non seulement demander l’intercession de saint Joseph mais aussi travailler nous-mêmes au service de la dignité du travail. »

(Avec Ucanews)


CRÉDITS

Rico Ibarra