Eglises d'Asie

Covid-19 : la population laotienne confinée célèbre le nouvel an bouddhique à domicile

Publié le 16/04/2020




Plusieurs millions de bouddhistes laotiens ont célébré, ce lundi 13 avril, le Nouvel an (Pi Mai Lao) malgré le confinement. Le président Bounnhang Vorachith a souhaité à tous les habitants un bon festival, fêté à domicile cette année – le Nouvel an laotien est marqué tous les ans par un congé de trois jours. Cette année, le Nouvel an correspond à l’entrée dans l’année 2563 selon le calendrier bouddhiste. Le pays communiste, qui compte 7 millions d’habitants, a été mis en quarantaine depuis le 29 mars.

Le Premier ministre Thongloum Sisoulith a annoncé, il y a déjà plus de deux semaines, l’interdiction de toutes les activités non essentielles et de tous les déplacements. Le président Bounnhang a également remercié l’investissement des groupes ethniques, des cadres du parti (Parti révolutionnaire populaire lao, PRPL), des fonctionnaires, des militaires et des policiers qui soutiennent l’économie du pays. L’État laotien et son parti unique sont déterminés à accentuer la lutte contre la pauvreté au cours de la nouvelle année, a précisé le dirigeant octogénaire. L’ancien Protectorat français tente depuis des années de se débarrasser de son étiquette de pays pauvre et de se développer. Selon un rapport de la Banque mondiale, la croissance du Laos dépend en grande partie de ses ressources naturelles, au détriment de l’environnement.

Les difficultés économiques se sont accumulées au fil des années alors que les catastrophes naturelles, la maladie et la sécheresse se sont abattues sur le pays ces dernières années. La Banque mondiale estime cependant que les dernières réformes économiques ont permis de soutenir la croissance du secteur privé. Au cours de la dernière décennie, la croissance du PIB s’est élevée à 7,7 % en moyenne, et le revenu moyen par habitant était de 2 460 dollars US en 2018. Mais les mesures de confinement, qui ont entraîné la fermeture de tous les commerces et activités touristiques, risquent d’affecter gravement l’économie du pays. Le Laos, voisin de la Chine, a rapporté, au 13 avril, 19 infections confirmées au Covid-19. Phouthone Meaungpak, ministre adjoint de la Santé, a déclaré que le pays a effectué à ce jour 1 140 tests. Le pays, dont 80 % de la population dépend de l’agriculture, a connu un premier cas d’infection le 24 mars, cinq jours avant le début d’un mois de confinement. Alors que le coronavirus menaçait en Chine continentale, le Laos a fermé toutes ses frontières, interdisant toute entrée dans le pays. Le pays a également cessé d’accorder des visas touristiques aux détenteurs de passeports chinois, dès les premiers jours de l’épidémie.

L’éducation laotienne particulièrement affectée

La pandémie a également affecté les élèves et étudiants laotiens, déjà dépourvus de matériel informatique suffisant et d’accès à Internet adapté, voire même d’électricité dans certains cas. L’éducation laotienne, qui manque cruellement de moyens, a été négligée pendant trop longtemps. « Les élèves ont cessé d’étudier depuis la fermeture des établissements. Ils ne peuvent pas utiliser Youtube pour suivre les cours, parce que notre village n’a pas d’électricité », explique une mère, qui vit dans un village reculé, se confiant anonymement à Radio Free Asia. « Ils se contenteront de faire les devoirs qu’ils ont reçus de leurs enseignants avant le confinement. Nous autres, parents, devons les aider à continuer d’étudier », ajoute-t-elle. Une autre mère confie que ses enfants et d’autres élèves du village ne peuvent pas apprendre en ligne parce qu’ils n’ont ni smartphone, ni ordinateur portable, ni tablette chez eux. Comme les écoles ont été fermées sans préavis, les enseignants ont confié des devoirs à leurs élèves en urgence. Même les élèves vivant en ville souffrent d’un accès limité à Internet. « Beaucoup d’élèves ne peuvent pas suivre les cours en ligne parce qu’ils n’ont pas de matériel informatique », avoue un parent de Vientiane, la capitale. Les chrétiens représentent environ 1,5 % de la population laotienne, mais le Parti communiste contrôle étroitement la liberté religieuse dans le pays, selon l’ONG américaine Portes Ouvertes, qui soutient les chrétiens persécutés à travers le monde. L’association explique que les chrétiens convertis du bouddhisme ou de l’animisme sont particulièrement visés. Human Rights Watch confie de son côté qu’en décembre, la police a perquisitionné un village chrétien et arrêté trois responsables religieux de la communauté locale.

(Avec Ucanews, Vientiane)


CRÉDITS

DR