Eglises d'Asie

« Fast2Feed » : le cardinal Tagle appelle à jeûner pour les enfants de Manille

Publié le 08/03/2019




À l’occasion du Carême 2019, l’archidiocèse de Manille, à l’appel du cardinal Luis Antonio Tagle, relance cette année l’opération « Fast2Feed » (Jeûner pour nourrir), dans le cadre du programme catholique national de nutrition « Hapag-Asa ». Il s’agit d’un programme destiné à combattre la malnutrition des enfants de moins de douze ans, lancé en 2005, qui a déjà permis de venir en aide à plus de deux millions d’enfants philippins à travers le pays. L’archidiocèse de Manille espère nourrir 30 000 enfants par jour sur 120 jours, en demandant aux fidèles de Manille de jeûner et de contribuer financièrement à l’opération.

Parmi les œuvres caritatives soutenues par l’Église catholique aux Philippines, en particulier durant le temps du carême, le programme catholique national de nutrition Hapag-Asa est déjà partenaire de l’archidiocèse de Manille depuis plusieurs années. Il s’agit d’un programme national destiné à combattre la malnutrition des enfants de moins de douze ans. Le programme Hapag-Asa, affirme l’archidiocèse, a permis de venir en aide à plus de deux millions d’enfants philippins dans tout le pays depuis son lancement en 2005, notamment dans les régions les plus reculées du pays et auprès des populations les plus démunies. La pauvreté et la malnutrition sont les principales causes des retards de croissance et des pertes musculaires, qui concernent trois enfants philippins sur dix. Des pathologies qui peuvent affecter durablement la santé physique et mentale des enfants affectés.

Dans sa lettre pastorale, publiée le 5 mars à l’occasion du mercredi des Cendres, le cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille, a appelé les catholiques philippins à marquer le temps du carême par des actes de charité, en particulier envers les enfants de Manille souffrant de malnutrition en prenant part au programme Hapag-Asa. Il a invité les fidèles à approfondir leur relation avec Dieu, à jeûner et à donner l’argent qui aurait été dépensé pour un repas afin de financer la campagne « Fast2Feed » (Jeûner pour nourrir) de l’archidiocèse de Manille, partenaire du programme Hapag-Asa. « Nous, Philippins, sommes très attachés à notre foi. Le temps du carême est une nouvelle opportunité de nous recentrer en venant en aide à ceux qui en ont le plus besoin », a déclaré le cardinal Tagle dans sa lettre pastorale. « Durant ce temps du carême, nous avons l’occasion de ‘recentrer’ nos vies sur Dieu, qui prend l’initiative de nous appeler à la conversion. »

Nourrir 30 000 enfants sur 120 jours

Afin de pouvoir continuer sa mission auprès des enfants, Hapag-Asa invite les fidèles qui le peuvent à prendre part à l’opération « Fast2Feed ». « Dans le cadre de l’initiative Fast2Feed, rien que dix pesos par jour peuvent déjà permettre de nourrir un enfant », a poursuivi Mgr Tagle. L’opération propose ainsi de distribuer des repas complets d’une valeur de dix pesos philippins, composés de riz, de protéines, de vitamines A, B, C et D, de calcium et de légumes. « Pratiquer la charité, c’est la preuve concrète que nous voulons lutter pour suivre Jésus, et que nous faisons du don de nous-mêmes le cœur de notre vie chrétienne », a ajouté le cardinal. Cette année, le programme Hapag-Asa espère fournir un repas par jour à au moins 30 000 enfants, pour une durée de 120 jours. « Ils ne pourront pas se réaliser pleinement à moins que l’on s’occupe d’eux et qu’on les nourrisse correctement », a ajouté le cardinal Tagle. Outre la nutrition, le programme Hapag-Asa propose aussi des formations aux parents, et aide les communautés locales, en particulier les mères, à former des groupes d’entraide. « Le temps du carême est un temps de miséricorde », a souligné Mgr Tagle dans sa lettre pastorale. « C’est un moment favorable pour nous laisser réconcilier et renouveler par la tendresse du Père. C’est un temps qui nous est donné pour retrouver le droit chemin. L’amour miséricordieux de Dieu ne nous demande rien, seulement que nous revenions vers Lui et que nous purifions nos cœurs. »

(Avec Ucanews  / rcam.org – archidiocèse de Manille)


CRÉDITS

George Moya