Eglises d'Asie

Hanoï : inauguration d’un mémorial dédié à Mgr François Deydier (1634-1693) à Tieu Dong Thuong

Publié le 13/06/2020




Le 28 avril 2020, le père Paul Nguyen Huu Hiep, curé de Tieu Dong Thuong, à 80 km au sud de Hanoï, a pris l’initiative d’élever un mémorial devant l’église paroissiale, avec le buste de Mgr François Deydier. Mgr Joseph Vu Van Thien, archevêque de Hanoï, est venu présider la cérémonie d’inauguration. François Deydier, né en 1634 à Toulon, est ordonné prêtre en 1657 par le cardinal de Grimaldy, archevêque d’Aix-en-Provence. Le 27 novembre 1660, il quitte la France avec Mgr Lambert de la Motte et le père Jacques de Bourges, pour arriver à Hanoï en 1666. Le 12 octobre, il crée le premier séminaire au Vietnam, qu’il établit dans une barque sur le Fleuve Rouge. Il devient évêque d’Ascalon, vicaire apostolique du Tonkin oriental, en 1682, où il demeure jusqu’à sa mort en 1693, à l’âge de 59 ans.

Églises d’Asie : Qui est Mgr François Deydier pour les catholiques vietnamiens d’aujourd’hui ?

Père Joseph Dao : Jusqu’à récemment, les catholiques vietnamiens et même la plupart des prêtres au Vietnam ne connaissaient pas François Deydier. En 2019, une petite biographie de 95 pages en vietnamien a été publiée sur cet évêque à Saïgon. Immédiatement, les religieuses Amantes de la Croix, qui ont pour fondateur Mgr Lambert de la Motte, l’ont reconnu comme bienfaiteur. D’ailleurs, à la vietnamienne, elles l’appellent affectueusement tonton Phan. Quelques délégations de ces religieuses sont déjà venues des États-Unis, de Thaïlande et de Saïgon, entre autres, afin de rendre hommage à Mgr François Deydier à la paroisse de Tieu Dong Thuong – sa dépouille mortelle y a été transférée en 1726 sur ordre du père Louis Néez, alors supérieur du Tonkin occidental. Après la cérémonie du 28 avril 2020, beaucoup de prêtres et catholiques ont découvert cet évêque via le site internet de l’archidiocèse de Hanoï.

Pourquoi ce buste érigé à Tieu Dong Thuong ?

Le jeune curé de la paroisse de Tieu Dong Thuong, située à 80 km au sud de Hanoï, a tout simplement voulu élever un signe extérieur de cet évêque enterré dans son église paroissiale, dont le tombeau n’est plus visible aujourd’hui.

Ce mémorial permettra-t-il de le faire connaître ainsi que son œuvre fondatrice et missionnaire au Vietnam ?

Sûrement ! La paroisse de Tieu Dong Thuong, qui compte environ 1 700 fidèles, est très fière d’avoir son tombeau. Le diocèse de Hanoï et celui de Haïphong, dont Mgr Deydier fut le premier évêque, le sont aussi. François Deydier mérite d’être reconnu par les prêtres vietnamiens, par les séminaristes et par les religieuses Amantes de la Croix, et par tout le monde d’ailleurs. Ainsi, par exemple, si la Bibliothèque nationale de France possède actuellement des ouvrages en langue nôm du XVIIe siècle, c’est grâce à François Deydier, qui les a envoyés d’Hanoï.

(EDA)

Pour en savoir plus, lire ici la notice biographique du site de l’IRFA sur François Deydier.


CRÉDITS

DR