Eglises d'Asie

La Caritas indonésienne participe aux programmes de reconstruction auprès des victimes du cyclone Seroja

Publié le 29/04/2021




Plus de trois semaines après le passage du cyclone tropical Seroja dans l’est de l’archipel indonésien, la province des Petites îles de la Sonde orientales (Nusa Tenggara) tente de se relever. Outre les aides du gouvernement, maintenues jusqu’au 5 mai, la Caritas indonésienne participe aux programmes de réhabilitation et de reconstruction, en priorité auprès de ceux qui ont perdu leurs logements et ceux dont les maisons ont été fortement endommagées par les glissements de terrain et les inondations. Le bilan s’élève aujourd’hui à 181 décès et plusieurs milliers d’habitations détruites.

Des volontaires transportant des aides destinées aux victimes du cyclone tropical Seroja, dans le diocèse de Larantuka (Nusa Tenggara).

La Caritas indonésienne (appelée localement Karina) a annoncé la construction de nouvelles habitations pour les survivants du cyclone Seroja, qui a frappé la province des Petites îles de la Sonde orientales (Nusa Tenggara) le 5 avril en provoquant des glissements de terrain et des inondations massives. La catastrophe a causé plus de 181 décès dans l’est de l’archipel. Le projet de la branche sociale de l’Église locale participe aux efforts continus entrepris auprès des quelques milliers de victimes du cyclone tropical, qui a également causé de nombreux blessés et la destruction de plusieurs milliers de logements. Selon les autorités, 47 personnes sont encore portées disparues. « Le gouvernement clôturera officiellement ses efforts humanitaires le 5 mai, donc Karina travaillera avec ses bienfaiteurs et la Caritas du diocèse de Larantuka continuera d’accompagner les victimes, y compris avec la construction de logements », a déclaré le père Fredy Rante Taruk, directeur de la Caritas indonésienne. Le prêtre a ajouté que son organisation fournira également une aide financière aux victimes, ainsi que des services éducatifs et psychosociaux.

Reconstruction et réhabilitation

« Cet argent servira à acheter des meubles, des articles ménagers, des outils et autres besoins élémentaires pour les victimes », a-t-il précisé. La Caritas de Larantuka pourra donner jusqu’à 1 000 000 de roupies indonésiennes (environ 60 euros) par famille et aider à financer, avec d’autres bienfaiteurs, les programmes de réhabilitation et de reconstruction qui se poursuivront sur plusieurs mois. Le père Taruk a confié que la plupart des nouvelles habitations seront construites dans les îles d’Adonara et de Lembata, les deux zones les plus touchées. Sur les 181 décès recensés suite à la catastrophe, on compte 72 personnes d’Adonora et 67 de Lembata. Le directeur de la Caritas indonésienne n’a pas précisé le nombre exact de maisons qui seront construites par l’organisation catholique. Il a seulement déclaré que la priorité était d’aider ceux qui ont perdu leurs logements et ceux dont les maisons ont été fortement endommagées. De son côté, la Communauté de Sant’Egidio, une association laïque engagée contre la pauvreté et pour la paix, est intervenue auprès des victimes du district de Malacca. « Nous continuons de distribuer de la nourriture et d’autres produits, pour tenter de remplacer ce qui a été perdu dans les inondations », explique Eveline Winarko, coordinatrice du groupe local de Saint’Egidio.

(Avec Ucanews)


CRÉDITS

DR