Eglises d'Asie

La communauté catholique japonaise se prépare à la visite du pape

Publié le 11/10/2019




Le pape François se rendra au Japon du 23 au 26 novembre prochain, auprès des quelque 440 893 catholiques du pays, selon les statistiques officielles de 2018, publiées en juillet dernier par la conférence épiscopale japonaise. C’est le second pape à se rendre au Japon après la visite de saint Jean-Paul II en 1981. Le thème choisi pour le voyage apostolique du pape au Japon est axé sur la protection de la vie et de la Création, avec notamment une visite à Hiroshima et Nagasaki. Le pape se rendra également au monument des martyrs sur la colline de Nishizaka pour rendre hommage aux chrétiens cachés de Nagasaki et soutenir la communauté catholique ultra-minoritaire (près de 0,3 % de la population).

En 2018, selon les statistiques officielles de l’Église catholique au Japon (publiées en juillet dernier par la conférence épiscopale japonaise), le pays comptait 440 893 catholiques. Ces derniers représentent environ 0,3 % de la population, sur 127 millions d’habitants. Des chiffres trompeurs, cependant, car si l’on comptait l’ensemble des catholiques, y compris ceux qui ne sont pas enregistrés dans les paroisses japonaises, leur nombre exact pourrait être deux fois plus important. Il y a au moins autant de catholiques non enregistrés dans le pays, dont le nombre reste incertain. La plupart de ces derniers ne sont pas japonais, et plusieurs des seize diocèses du pays comptent plus de catholiques non japonais que de fidèles japonais. Beaucoup de ceux qui ne sont pas enregistrés sont dans le pays illégalement, et refusent d’enregistrer leur nom où que ce soit, de crainte de laisser des traces de leur passage aux services d’immigration ou à la police japonaise. Les catholiques sont plus nombreux dans la région de Tokyo, la capitale japonaise étant la plus grande métropole au monde avec près de 37 millions d’habitants (soit plus d’un quart de la population du pays). Les trois diocèses de Tokyo, Yokohama et Saitama, dans la zone métropolitaine de Tokyo, comptent 174 878 catholiques, dont 97 656 vivent dans l’archidiocèse de Tokyo.

Après la région de Tokyo, la deuxième plus forte concentration de catholiques se trouve à Kyushu, où l’Église locale a hérité de la transmission de la foi laissée par les « chrétiens cachés », alors que le christianisme était interdit durant la période de persécutions (1639-1873). Les quatre diocèses de l’île comptent en tout 106-203 catholiques, dont 60 933 dans l’archidiocèse de Nagasaki. Selon les statistiques de 2018, l’évolution de la population catholique japonaise sur dix ans montre un déclin constant du nombre de catholiques enregistrés dans le pays (440 893 catholiques en 2018 contre 447 886 en 2008). Durant l’année 2018, le nombre d’adultes baptisés a dépassé le nombre de nouveau-nés baptisés. Cela a été le cas au moins depuis 2006, sauf durant l’année 2008. En 2018, 2 689 baptêmes d’adultes ont été enregistrés, dont 798 à Tokyo ; 2 329 baptêmes de nouveau-nés ont été enregistrés dont 439 à Tokyo. Concernant l’ensemble de la population catholique enregistrée, le nombre de baptêmes a été en baisse constante depuis 2006 (avec 7 193 baptêmes en 2006 contre 518 baptêmes en 2018). Le pays compte 1 366 évêques, prêtres et diacres, dont 529 non japonais. Fin 2018, on comptait 74 séminaristes, dont 31 diocésains. Le pays compte également 776 écoles maternelles, écoles primaires, collèges et lycées catholiques, dont 508 écoles maternelles. Le Japon compte aussi 44 écoles supérieures catholiques, dont 19 universités.

(Avec Ucanews)


CRÉDITS

DR