Eglises d'Asie

La crise sanitaire risque d’entraîner plusieurs millions de nouveaux pauvres en Asie du Sud-Est

Publié le 17/10/2020




Selon la Banque asiatique de développement (ADB), les conséquences de la crise sanitaire risquent de plonger plusieurs millions de personnes en Asie du Sud-Est dans la pauvreté. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), les pays d’Asie du Sud-Est ont perdu 48 millions d’emplois à plein temps entre avril et juin. La consommation des ménages représente 60 % du PIB des principales économies de la région – excepté Singapour. Pour cette raison, la reprise devrait être longue et difficile. Les confinements stricts ont lourdement frappé les économies de la région, avec la fermeture de nombreux commerces.

Selon un rapport de l’agence Bloomberg, la Banque asiatique de développement (ADB) affirme que les conséquences de la crise sanitaire risquent d’affecter plusieurs millions de personnes en Asie du Sud-Est, qui pourraient basculer dans la pauvreté. Avant la pandémie, la région bénéficiait d’une croissance significative de la classe moyenne. Mais en raison de la pandémie du Covid-19 et de la nouvelle récession qui en a résulté, l’Asie du Sud-Est pourrait être la région au monde comptant le plus de nouveaux pauvres cette année, après l’Asie du Sud. Les confinements stricts ont lourdement frappé les économies en Asie du Sud-Est. Avec la chute de la consommation, beaucoup de commerces ont fermé et le taux de chômage augmente. Au cours du second semestre 2020, comparé à l’an dernier à la même période, la croissance du PIB a chuté de 5,3 % en Indonésie, de 17,1 % en Malaisie, de 16,5 % aux Philippines, de 13,3 % à Singapour et de 12,2 % en Thaïlande. Au Vietnam, où le pays semble avoir contenu la pandémie plus efficacement, la croissance du PIB devrait approcher de zéro d’ici la fin de l’année.

Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), les pays d’Asie du Sud-Est ont perdu 48 millions d’emplois à plein temps entre avril et juin. La consommation des ménages représente 60 % du PIB des principales économies de la région – excepté Singapour. Pour cette raison, la reprise économique devrait être longue et difficile. De son côté, la Banque asiatique de développement estime qu’en 2022, le PIB régional devrait être de deux points en dessous des niveaux prévus avant la pandémie. L’an dernier, les analystes avaient prédit une croissance continue au cours des trois prochaines années, avec 50 millions de nouveaux consommateurs issus de la classe moyenne et une augmentation du revenu disponible de 300 milliards de dollars US. En dehors de Singapour, les aides envers les pauvres et les demandeurs d’emploi en Asie du Sud-Est ont été insuffisantes. L’OIT explique qu’en moyenne, les pays de la région n’investissent que 2,7 % de leur PIB dans la protection sociale, contre une moyenne mondiale de 10,8 %.

(Avec Asianews, Manille)


CRÉDITS

picture-alliance / W. Allgower