Eglises d'Asie

La préfecture d’Isabela ouvre la cause de béatification du père Rohel Gallardo, missionnaire clarétain

Publié le 06/05/2021




Le 3 mai, Mgr Leo Dalmao, évêque de la préfecture apostolique d’Isabela (à environ 400 km au nord de Manille, dans l’île de Luçon), a ouvert la cause de béatification du père Rohel Gallardo, 21 ans après la mort du missionnaire clarétain philippin (le 3 mai 2000). Le père Gallardo avait été enlevé 43 jours plus tôt avec un groupe d’otages dans l’île de Basilan (au large de l’île de Mindanao, dans le sud-ouest de l’archipel philippin). « Le père Gallardo est déjà considéré comme un martyr et un héros. Les autres otages racontent qu’il ne voulait pas renoncer à sa croix et à son chapelet, comme le voulaient les islamistes. »

Mgr Leo Dalmao, évêque de la préfecture d’Isabela (à environ 400 km au nord de Manille, dans l’île de Luçon), a ouvert officiellement la cause de béatification du père Rohel Gallardo le 3 mai, le jour de l’anniversaire de sa mort. Le père Gallardo, prêtre clarétain, a été tué le 3 mai 2000 dans l’île de Basilan (au large de Mindanao, dans le sud-ouest des Philippines). Il avait été enlevé par 43 jours plus tôt avec un groupe d’otages par l’organisation islamiste Abu Sayyaf. L’ouverture solennelle du processus de béatification a eu lieu dans l’église Saint-Vincent-Ferrer de Tumahubong (Basilan), où le prêtre a mené son ministère. Le père Gallardo avait 33 ans quand il a été tué, et il s’était porté volontaire pour mener à bien une mission difficile. « Le village de Tumahubong [dans l’île de Basilan] compte une école primaire clarétaine où le père Gallardo – avec le personnel administratif, cinq enseignants et 22 élèves – a été enlevé par des terroristes islamistes. Trois enseignants et cinq enfants ont également été tués avec lui le 3 mai 2000, durant un échange de tirs avec l’armée », explique Mgr Dalmao. « La mission de Basilan est particulièrement importante dans l’histoire des clarétains », souligne l’évêque, qui est lui-même missionnaire clarétain (congrégation des Fils du Cœur Immaculé de Marie). « Notre congrégation est arrivée à Basilan en 1951, invitée par l’évêque de Zamboanga, quand nous avons été chassés de Chine dans les années 1950 », explique le père Angel Calvo, également clarétain et fortement engagé pour le dialogue islamo-chrétien dans l’île de Mindanao, dans le sud de l’archipel philippin.

« Il a donné sa vie pour ceux qui l’entouraient »

Le père Angel Calvo a lui aussi été missionnaire à Basilan. « J’ai dû partir en 1972, quand un autre confrère a été enlevé », raconte-t-il, en évoquant l’histoire éprouvante de cette communauté chrétienne devenue préfecture apostolique. « Le père Gallardo est le premier prêtre enlevé à Basilan à avoir été tué. D’autres prêtres et religieux avaient été capturés, parfois même battus, mais ils ont toujours été relâchés », poursuit le père Calvo. « Les gens le considèrent déjà comme un martyr et un héros. Les autres otages racontent qu’il ne voulait pas renoncer à sa croix et à son chapelet, comme le voulaient les islamistes. C’est pourquoi ils l’ont torturé en arrachant ses ongles. Il a beaucoup souffert. Déjà, comme directeur d’école et même en captivité, il se préoccupait avant tout du sort des enseignants et des élèves qu’il avait à charge. Il a donné sa vie pour ceux qui l’entouraient. » L’ouverture de la cause de béatification du père Gallardo est une étape importante pour la préfecture d’Isabela, confiée aux clarétains. « Même après sa mort, les clarétains sont restés à Basilan. L’évêque appartient à notre congrégation. D’autres prêtres sont à Masulo et Tumahubong, les zones les plus exposées », confie le père Calvo. « Le groupe Abu Sayyaf est maintenant dans l’île de Jolo [dans le sud-ouest de l’archipel philippin] et il est moins actif à Basilan ces derniers temps. Le témoignage du père Gallardo reste un exemple que personne n’a oublié. »

(Avec Asianews)


CRÉDITS

DR