Eglises d'Asie

La présidente taïwanaise participe à l’installation de Mgr Thomas Chung An-zu, nouvel archevêque de Taipei

Publié le 24/07/2020




Le 18 juillet à Taipei, dans l’auditorium Chung Mei de l’université catholique de Fujen, près de mille catholiques de Taipei ont pris part à la cérémonie d’installation de Mgr Thomas Chung An-zu, leur nouvel archevêque, nommé le 23 mai après la démission de Mgr John Hung Shan-chuan, qui avait atteint la limite d’âge. Plusieurs représentants des confessions présentes à Taïwan ont pris part à la cérémonie, ainsi que des membres du gouvernement taïwanais, dont la présidente Tsai Ing-wen. À cette occasion, cette dernière a pris la parole afin de saluer l’engagement du nouvel archevêque en faveur de la formation des jeunes et du dialogue interreligieux.

Le 18 juillet, la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen remet un cadeau à Mgr Thomas Chung An-zu, nouvel archevêque de Taipei, lors de son installation à Taipei.

Mgr Thomas Chung An-zu, le nouvel archevêque de Taipei, a été installé dans son archidiocèse lors d’une célébration organisée le 18 juillet dans la capitale taïwanaise, dans l’auditorium Chung Mei de l’université catholique de Fujen. Près de mille personnes, dont des représentants d’autres confessions et du gouvernement taïwanais, ont pris part à la cérémonie. Mgr Chung est le huitième évêque de Taipei. Il y a été transféré depuis le diocèse de Kiayi le 23 mai, après la démission de Mgr John Hung Shan-chuan, qui avait atteint la limite d’âge. À cette occasion, la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, qui était également présente, a invité l’Église locale à travailler avec son gouvernement. Selon certains catholiques de l’archidiocèse, la présence de la présidente pourrait aussi servir de message politique à la Chine, où les chrétiens subissent toujours des persécutions. Tsai Ing-wen a pris la parole après la célébration, en saluant le travail de Mgr Chung auprès des jeunes. Selon elle, ce dernier est parvenu à « des résultats positifs grâce au travail pastoral et aux échanges internationaux ». La présidente a ajouté que la présence de l’Église à Taïwan a été marquée par son travail en faveur du développement de l’île. Le Saint-Siège fait actuellement partie des 14 pays qui ont reconnu Taïwan, appelé officiellement République de Chine, comme un État indépendant et souverain. « Au fil des décennies, l’Église a aidé la société taïwanaise de multiples manières et à tous les niveaux, à tel point qu’il est impossible de le décrire en seulement quelques mots ou quelques jours », a déclaré la présidente taïwanaise. Tsai Ing-wen a ajouté que « les efforts conjoints de l’Église et du gouvernement peuvent permettre de développer le potentiel des jeunes à Taïwan, et ainsi favoriser le changement de la société ». Elle a également salué le travail de l’archevêque au service de l’éducation, de la santé et de l’harmonie interreligieuse.

« Les relations entre le Vatican et Taïwan vont se développer normalement »

Mgr Chung, de son côté, a déclaré que sa nomination à Taipei n’aurait pas de conséquences significatives sur les relations entre la Chine, Taïwan et le Vatican. Il a assuré que le Saint-Siège se préoccupe des relations avec Taïwan, en soulignant notamment que le Vatican n’a pas laissé vacant le siège de l’archidiocèse de Taipei quand Mgr Hung Shan-chuan s’est retiré en mai. « Le Saint-Siège a immédiatement nommé un nouvel archevêque afin de le remplacer », a-t-il poursuivi, en précisant également qu’avant qu’il quitte son ancien diocèse de Kiayi, Mgr Arnaldo Catalan, chargé d’affaires à la Nonciature apostolique du Saint-Siège à Taipei, l’a rencontré pour échanger avec lui. « Je pense qu’il remettra un rapport au Vatican, qui portera notamment sur des questions comme la société démocratique taïwanaise, les relations avec l’Église locale et la liberté religieuse », a-t-il expliqué. « Je peux vous assurer que les relations entre le Vatican et Taïwan vont se développer normalement. » Mgr Chung fait partie des 22 nouveaux membres du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, nommés le 8 juillet. Il y a vu une preuve de l’importance de Taïwan pour le Vatican. Le nouvel archevêque est très actif pour le développement des relations de l’Église avec le bouddhisme, le taoïsme et les autres confessions présentes à Taïwan. Il est également membre de la commission épiscopale taïwanaise pour le dialogue interreligieux. Les catholiques de Taipei témoignent d’un fort contraste entre la politique religieuse de leur pays et ce qui se pratique en Chine. « Le Parti communiste chinois veut seulement réprimer les chrétiens, tandis que la présidente taïwanaise vient participer à la cérémonie d’installation de notre archevêque », constate Michael, un catholique local.

(Avec Ucanews, Hong-Kong)


CRÉDITS

DR