Eglises d'Asie

La procession du Nazaréen Noir attire toujours plus de pèlerins

Publié le 10/01/2019




Le 9 janvier, comme chaque année, l’archidiocèse de Manille a célébré la « traslacion », le transfert de la statue du Nazaréen Noir, depuis une chapelle de la vieille ville fortifiée jusqu’à la basilique mineure du district de Quiapo. La célèbre statue du Christ en bois sombre est transportée chaque année en procession, rassemblant plusieurs millions de Philippins. Les autorités attendaient près de cinq millions de pèlerins cette année.

La fête du Nazaréen Noir de Manille, qui attire chaque année des millions de Philippins dans la capitale, célèbre la « traslacion », ou « procession solennelle », de la célèbre statue du Christ depuis une chapelle de la vieille ville fortifiée jusqu’à une église du district de Quiapo de Manille. Le 9 janvier, face à des milliers de fidèles venus assister à la célébration à minuit, le cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille, a demandé aux fidèles de distinguer les « croyants » des « fanatiques » : « J’ignore pourquoi la même question est posée chaque année. Qu’est-ce que la piété ? » Durant la procession, chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins se pressent afin de tenter de toucher la statue en bois sombre, convaincus que leur participation permettra de remettre leurs péchés. Mais pour le cardinal Tagle, seul un vrai croyant peut vraiment comprendre la signification de la fête. L’archevêque a affirmé que contrairement aux fanatiques, les croyants aiment le Seigneur « sans conditions ». « Un fanatique n’aime pas. Il s’attache à ceux qui leur donnent de l’importance. Mais un fidèle croit parce qu’il aime, et c’est ce que Jésus nous a montré », a déclaré Mgr Tagle. Le cardinal a rappelé qu’un croyant sera toujours fidèle à cause de l’amour. Il a ajouté que les fidèles sont unis avec celui qu’ils aiment, que ce soit dans la souffrance, dans la joie ou dans la maladie.

Mgr Tagle a souligné auprès des pèlerins qu’on ne pouvait pas suivre le Nazaréen Noir seulement pour une journée ou pour le seul temps de la fête. « Croire, c’est un acte au quotidien. Dans tout type d’union, d’engagement ou d’amour, cela doit être renouvelé chaque jour. » Parmi les premiers à s’être approchés pour embrasser la statue se trouvaient les forces de l’ordre et les volontaires de la sécurité, qui se sont avancés avant le départ de la procession annuelle. Le père Douglas Badong, vicaire de la basilique mineure du Nazarén Noir du district de Quiapo, confie que le nombre de pèlerins continue d’augmenter chaque année. « Si autrefois les pèlerins étaient surtout des hommes, on voit maintenant des enfants, des jeunes, des femmes, parfois même toute la famille », explique-t-il. La procession, qui devait durer près de 20 heures, a démarré au petit matin, le 9 janvier. Le père Danichi Hui, de la paroisse du district de Quiapo, espère que la procession sera plus ordonnée cette année. Il ajoute que l’inauguration de « l’engagement du pèlerin », par lequel chacun promet de respecter les règles durant la procession, devrait contribuer à maintenir l’ordre. « C’est une façon de les calmer », explique le prêtre. Les autorités prévoient près de cinq millions de personnes durant la fête cette année. Les autorités ont déployé près de 7 000 policiers, tandis que des militaires sont prêts à intervenir en cas de troubles.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

DR