Eglises d'Asie

L’affaissement du sol et la montée des eaux menacent le delta du Mekong

Publié le 15/11/2019




Le niveau du delta du Mekong est plus bas que prévu. L’affaissement des sols et la montée du niveau de la mer menacent la vie de plus de 21 millions de personnes qui habitent la région. Cette situation menace également la sécurité alimentaire du pays, 56 % des provisions de riz disponibles au Vietnam provenant du delta du Mekong. Cette tendance est en train de conduire le pays à une véritable urgence environnementale, préviennent de nombreux lanceurs d’alertes. De plus en plus de Vietnamiens sont inquiets et souhaitent que le gouvernement intervienne rapidement.

Le delta du Mekong est le troisième plus grand au monde, et couvre 40 577 km². Il se déverse dans la Mer de Chine méridionale (ou Mer orientale pour les Vietnamiens). Le Mekong prend sa source en Chine et traverse le Laos, la Thaïlande et le Cambodge, avant d’atteindre le sud du Vietnam et le delta du Mekong, près de Hô-Chi-Minh-Ville (Saïgon). Selon des études récentes, le delta s’enfonce rapidement, et pourrait disparaître au cours de ce siècle, plus rapidement que prévu selon les dernières recherches. En septembre, un groupe de scientifiques néerlandais ont déclaré que l’altitude moyenne du sol dans le delta est « extrêmement basse », à seulement 0,8 mètre au-dessus du niveau de la mer – soit bien plus bas que l’estimation de 2,6 m prévue par le programme SRTM (Shuttle Radar Topography Missions) de la NASA. L’étude, conduite par une équipe de l’université d’Utrecht, estime qu’à ce rythme, le delta pourrait s’enfoncer jusqu’à 0,8 m en dessous du niveau de la mer d’ici 57 ans, forçant plus de douze millions de personnes à se reloger. L’étude a également constaté l’élévation du niveau de la mer au rythme de 3 à 4 mm par an, alors que de nombreuses zones rurales du delta du Mekong s’affaissent au rythme de 10 à 20 mm par an. De nombreux experts affirment que cette situation est due aux changements climatiques, à l’urbanisation, à l’exploitation des eaux souterraines, à l’extraction de sable et à l’exploitation des barrages. De nombreux habitants devaient autrefois creuser cinq à sept mètres pour puiser de l’eau fraîche ; aujourd’hui, ils doivent forer jusqu’à 130 à 150 mètres et utilisent des pompes puissantes pour faire venir l’eau. L’étude néerlandaise affirme également que les habitants du delta utilisent au quotidien 2,5 millions de litres provenant des eaux souterraines, ce qui accélère l’affaissement des sols. Le mois dernier, Philip Minderhoud, membre de l’équipe de recherche de l’université d’Utrecht, a déclaré que si cette tendance continue, l’affaissement ne serait pas la seule conséquence, les eaux souterraines pouvant être contaminées par l’eau de mer. Selon des données publiées par le Stimson Center en juin sur les infrastructures de l’Asean (Association des nations de l’Asie du Sud-Est), 102 barrages ont été construits sur le Mekong, dont 11 en Chine et 64 au Laos, et 64 autres sont en cours de construction.

(Avec Asianews)


CRÉDITS

DR