Eglises d'Asie

L’archevêque de Singapour appelle les fidèles à soutenir les œuvres caritatives catholiques face à la crise

Publié le 13/05/2020




Alors que les lieux de culte singapouriens sont fermés aux fidèles depuis le 27 mars, de nombreuses communautés et organisations souffrent du manque de dons et de ressources financières. De leur côté, l’Église catholique et la Caritas singapouriennes sont engagées sur le terrain face à la crise sanitaire et ses conséquences économiques. Lors d’une messe retransmise en direct, l’archevêque de Singapour, Mgr William Goh Seng Chye, a appelé les fidèles à soutenir les œuvres catholiques afin de soutenir ceux qui travaillent « pour les plus affectés » par la crise, notamment « les demandeurs d’emploi, ceux qui souffrent de dépression ou ceux qui traversent des difficultés financières ».

L’Église catholique à Singapour et la Caritas locale sont activement engagées sur le terrain face aux situations d’urgence provoquées par la pandémie et ses conséquences. « Les services sociaux et l’aide humanitaire font partie de l’Évangile », a souligné Mgr William Goh Seng Chye, archevêque de Singapour, en lançant un appel lors d’une messe diffusée en ligne. Au cours de la célébration, l’archevêque a invité les fidèles singapouriens à soutenir la communauté et à venir en aide aux personnes en difficulté, notamment les plus affectés par la crise sanitaire. Malgré le manque d’aides et de moyens, « les catholiques doivent soutenir » ceux qui travaillent « pour les plus affectés, notamment les demandeurs d’emploi, ceux qui souffrent de dépression ou ceux qui traversent des difficultés financières », a-t-il insisté. L’une des conséquences de la pandémie est la chute des dons et offrandes privés, pourtant essentiels pour la survie des œuvres caritatives – un problème qui ne concernerait pas que les organisations chrétiennes de Singapour, l’un des États asiatiques les plus modernes et développés.

Pour le temple hindou Sri Krishnan, dans le centre de la ville, l’anniversaire de ses 150 ans d’activité était une occasion idéale de collecter des fonds ; mais la pandémie a tout bloqué, et les dons enregistrés par l’organisation ont chuté de près de 45 % entre janvier et mars, par rapport à l’an dernier. Les perspectives ne sont pas meilleures pour le temple taoïste Choa Chu Kang, qui n’a pas pu collecter de dons depuis sa fermeture, le 27 mars dernier. « Il n’y a pas de collectes en ligne. Pour l’instant, la seule manière dont nous pouvons faire des offrandes, c’est en venant au temple », confie Ivan Teo, un volontaire. L’Église catholique locale, qui a annoncé la fermeture des célébrations publiques en février, a également vu chuter les collectes en paroisse. De son côté, la Société de Saint-Vincent-de-Paul de Singapour a subi une baisse de près de 90 % des dons reçus. Pour cette raison, l’organisation a lancé une campagne de collecte en ligne auprès des 400 000 catholiques de la cité-État, a confié sa présidente pour Singapour, Florence Tan – des dons qui seront avant tout utilisés pour aider les victimes de la crise économiques, conséquence directe de la pandémie.

Ainsi, plus de 2 000 familles dans le besoin peuvent déjà recevoir des aides. Les Églises méthodistes et baptistes sont également en difficulté, contrairement à la méga-église pentecôtiste CHC (City Harvest Church, ou Église de la moisson) – d’une capacité de plus de 6 000 places pour plus de 16 000 membres. Ainsi, le coronavirus semble avoir accentué les divisions entre les groupes religieux singapouriens, alors que l’Église CHC a pu allouer plusieurs millions de dollars pour aider ses membres qui ont perdu des emplois ou qui ont subi des pertes de revenus. Pour l’archevêque de Singapour, les aides humanitaires et les œuvres caritatives sont essentielles « pour permettre d’offrir de la nourriture et des soins à ceux qui souffrent le plus de la crise ». C’est pourquoi, a-t-il souligné, « ceux qui le peuvent doivent les aider », en appelant ceux « qui disposent de davantage de ressources » à « se montrer généreux » et à « visiter le site de l’archidiocèse pour faire des dons, chacun selon ses possibilités ».

(Avec Asianews, Singapour)


CRÉDITS

DR