Eglises d'Asie

L’archidiocèse de Mumbai lance un nouveau portail en ligne afin de lutter contre la crise de l’emploi

Publié le 20/10/2020




Le 4 octobre, le cardinal Oswald Gracias, archevêque de Mumbai, a inauguré le lancement du nouveau portail en ligne « e2elinks.com », destiné à faciliter les contacts entre employeurs et demandeurs d’emploi. L’archidiocèse de Mumbai a lancé le nouveau site afin de venir aux travailleurs indiens, issus des secteurs formels et informels de l’économie, qui ont perdu leur emploi durant le confinement. Selon le centre CMIE (Centre for Monitoring Indian Economy), le pays a enregistré une perte de 18,9 millions d’emplois entre avril et juillet – sans compter les secteurs informels, dont l’agriculture.

Le 4 octobre, l’archidiocèse de Mumbai a inauguré un nouveau portail en ligne afin de relancer l’emploi dans la région.

Le 4 octobre, l’archidiocèse de Mumbai a lancé une plateforme en ligne destinée à mettre en lien les demandeurs d’emploi et les employeurs, afin de venir en aide aux millions d’Indiens qui ont perdu leur emploi à cause de la pandémie. Le site www.e2elinks.com a été inauguré par le cardinal Oswald Gracias, archevêque de Mumbai, qui a invité les employeurs et les demandeurs d’emploi à s’enregistrer sur la plateforme afin d’en profiter pleinement. « Une semaine après son lancement, le portail en ligne a publié 75 offres d’emploi venant de différents employeurs, ainsi que 250 CV et 150 candidatures, sans compter de nombreuses autres demandes », confie Ruth D’Souza, secrétaire de la commission pour l’emploi de l’archidiocèse de Mumbai. « La crise de l’emploi que traverse le pays était déjà inquiétante avant l’arrivée de la pandémie fin mars », ajoute-t-elle. « C’était déjà évident avant, au mois de février », souligne-t-elle, en évoquant la forte participation à un atelier sur l’emploi organisé à l’époque par commission de l’archidiocèse.

18,9 millions d’emplois perdus entre avril et juillet.

« Nous avions invité 80 personnes à l’atelier, et plus de 400 personnes sont venues, dont la plupart avaient apporté leur CV dans l’espoir de décrocher un emploi », poursuit-elle. « Aujourd’hui, après le confinement, la situation de l’emploi a empiré, avec plusieurs millions de travailleurs du secteur informel qui sont toujours sans emploi. » Selon plusieurs estimations, plus de 20 millions de personnes du secteur formel ont perdu leur emploi après le confinement. Mais la réalité pourrait être bien plus grave, affirment les spécialistes. Le centre CMIE (Centre for Monitoring Indian Economy), une organisation indépendante qui mesure et surveille l’évolution des indicateurs économiques en Inde, estime que les emplois salariés ont été durement touchés durant le confinement, avec une perte totale estimée à 18,9 millions entre avril et juillet. Ce chiffre ne comprend pas les millions d’emplois perdus dans les secteurs informels, dont l’agriculture.

L’économie indienne a également subi un recul d’environ 24 %. Selon les statistiques officielles, le PIB a plongé de 23,9 % entre avril et juin – soit la pire récession depuis quarante ans, et sans perspective d’amélioration de la crise de l’emploi à court terme. « Nous ignorons l’étendue exacte de l’état de la crise de l’emploi dans notre pays, mais nous recevons de nombreux appels et demandes d’aide de la part des membres de nos propres communautés », explique Mgr Allwyn D’Silva, évêque auxiliaire de Mumbai, responsable du projet « e2elinks ». « Nous avons réalisé à quel point ils étaient désespérés, et nous avons voulu lancer ce portail en ligne afin de créer des opportunités, en aidant les employeurs et les demandeurs d’emploi », ajoute l’évêque. Selon Mgr D’Silva, le site a été conçu pour mettre ces derniers en contact, sans aucune forme de discrimination sur leur religion. « Notre mission est de permettre aux employeurs d’accéder facilement et efficacement aux candidats. Il peut aussi permettre aux travailleurs indépendants de se faire connaître. D’autres fonctionnalités peuvent encore être ajoutées selon les besoins. »

(Avec Ucanews, Bhopal)


CRÉDITS

Crédit DR