Eglises d'Asie

Le cardinal Luis Antonio Tagle promu par le pape François au sein de l’ordre des cardinaux-évêques

Publié le 05/05/2020




Le 1er mai, le pape a annoncé la promotion du cardinal Tagle, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, au sein des cardinaux-évêques – l’un des trois ordres du Collège des cardinaux. Une décision qui vient confirmer la confiance du pape envers le cardinal philippin, contrairement à l’avis de Rodrigo Duterte qui affirmait, en février, que le cardinal Tagle avait été « retiré » de l’archidiocèse de Manille à cause de sa mobilisation politique. « Contrairement à ce que croyait le président Duterte, je pense qu’il est clair que le cardinal Chito [ainsi qu’il est surnommé] a toujours l’amitié du pape », assure Mgr Bastes, ancien président de la commission épiscopale philippine pour la mission.

Le cardinal Luis Antonio Tagle, 62 ans, nouveau préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples a été promu par le pape François dans l’ordre des cardinaux-évêques. Ainsi, il devient le seul Asiatique à faire partie des onze cardinaux-évêques, l’un des trois ordres du Collège des cardinaux. Le cardinal Tagle a quitté son archidiocèse de Manille – dont il a été le 32e archevêque entre 2011 et 2019 – en février dernier pour assumer sa nouvelle responsabilité au Vatican. La nouvelle promotion du cardinal philippin a été annoncée par le Saint-Siège le 1er mai. Le père Ranhilio Aquino, doyen de l’École supérieure de droit San Beda de Manille, explique que les cardinaux sont divisés en trois ordres, dont les cardinaux-évêques, les cardinaux-prêtres et les cardinaux-diacres. « Les premiers sont des cardinaux titulaires d’un des sept diocèses suburbicaires situés autour de Rome », ajoute-t-il. « Les cardinaux-prêtres sont les plus nombreux au sein du Collège des cardinaux, et jusqu’à maintenant, c’était le cas de tous les cardinaux asiatiques. Ces derniers sont en général titulaires d’une paroisse romaine. C’était le cas du cardinal Tagle jusqu’à aujourd’hui », poursuit-il. « Enfin, il y a les cardinaux-diacres. Ce sont les cardinaux qui servent la curie romaine ou qui avaient déjà atteint l’âge de 80 ans quand ils ont été créés cardinaux. »

Parmi les cardinaux-évêques, outre le cardinal Tagle, on compte notamment le cardinal Pietro Parolin (Secrétaire d’État du Saint-Siège), le cardinal Leonardo Sandri (préfet de la Congrégation pour les Églises orientales), le cardinal Marc Ouellet (préfet de la Congrégation pour les évêques) et le cardinal Fernando Filoni (prédécesseur du cardinal Tagle au sein de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples). En mars, le président philippin Rodrigo Duterte avait prétendu que le cardinal Tagle avait été retiré de l’archidiocèse de Manille parce que le pape François était « en colère » contre lui à cause de sa mobilisation politique. Mgr Pablo Virigilo David, vice-président de la Conférence des évêques philippins, avait dénoncé les commentaires du président Duterte comme « parfaitement ridicules », en estimant que Rodrigo Duterte devait « cesser de perdre son temps en faisant des remarques sans fondement » et se préoccuper plutôt « des vrais questions urgentes ». De son côté, Mgr Arturo M. Bastes, ancien président de la Commission pour la mission au sein de la Conférence épiscopale philippine, estime que la nouvelle promotion du cardinal Tagle prouve qu’il a gagné la confiance du pape. Avec ce nouveau titre, bien que symbolique, le cardinal philippin se voit confier une place prééminente au sein du Collège des cardinaux. « Contrairement à ce que croyait le président Duterte, je pense qu’il est clair que le cardinal Chito [ndlr : ainsi qu’il est surnommé familièrement] a toujours la confiance et l’amitié du pape », assure Mgr Bastes.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

DR