Eglises d'Asie

Le cardinal Suharyo appelle les catholiques indonésiens à venir en aide aux victimes des inondations

Publié le 08/04/2021




Ce week-end, le cyclone tropical Seroja a frappé l’Indonésie et le Timor oriental, entraînant plus de 128 décès et plus de 8 000 réfugiées. Le cyclone a entraîné des inondations massives et des glissements de terrain qui ont détruit de nombreuses infrastructures et habitations dans les Petites îles de la Sonde orientales (Nusa Tenggara), dans l’est de l’Indonésie. « Au nom de la Conférence épiscopale indonésienne, je vous appelle à la compassion envers nos frères et sœurs au Nusa Tenggara », a confié le cardinal Suharyo, président de la Conférence des évêques d’Indonésie, dans un message vidéo publié le 7 avril.

Le 7 avril dans le district de Malaka (Petites îles de la Sonde orientales), l’Église locale a logé plus de 4 000 victimes des inondations massives qui ont frappé la région.

Le cardinal Ignatius Suharyo Hardjoatmodjo, archevêque de Jakarta, a appelé les catholiques à se montrer solidaires envers les victimes des inondations massives et des glissements de terrain qui ont frappé la province des Petites îles de la Sonde orientales (Nusa Tenggara) le week-end dernier, dans l’est de l’archipel indonésien. La population locale du Nusa Tenggara est majoritairement catholique. La catastrophe, due à deux jours de fortes pluies causées par le cyclone tropical Seroja, a affecté douze villes et districts de la province le jour du dimanche de Pâques, entraînant au moins 128 victimes, selon l’Agence nationale de gestion des catastrophes (National disaster mitigation agency). Elle a également frappé le Timor Leste. Au Nusa Tenggara, près de 72 personnes sont portées disparues, et 271 maisons et 99 établissements publics ont été endommagés. Plus de 8 000 personnes ont été évacuées dans des abris temporaires, dont certains appartenant à l’Église catholique locale.

« Au nom de la Conférence épiscopale indonésienne, je vous appelle à montrer de la compassion envers nos frères et sœurs qui souffrent dans la province du Nusa Tenggara oriental et dans plusieurs zones du Nusa Tenggara occidental », a déclaré le cardinal Suharyo, président de la Conférence des évêques d’Indonésie, dans un message vidéo de 5mn30, publié le 7 avril sur la chaîne Youtube de la Commission épiscopale pour les communications sociales. Il a notamment expliqué que des dons peuvent être envoyés aux différentes organisations caritatives de l’Église locale dont Caritas Indonésie et la Commission pour le développement socio-économique, ainsi que les Commissions diocésaines pour les communications sociales et l’association Lembaga Daya Dharma de l’archidiocèse de Jakarta. Le cardinal Suharyo a également souligné que la compassion est « une manière de concrétiser notre foi » et que cela « peut être une bénédiction pour nos frères et sœurs ».

Aide aux victimes et reconstruction

Mgr Aloysius Sudarso, archevêque de Palembang et président de Caritas Indonésie (l’organisation catholique est également connue localement sous le nom de Karina), a lui aussi publié un message vidéo suite à la catastrophe : « L’Église catholique en Indonésie ne peut pas rester silencieuse. Notre solidarité envers tous ceux qui souffrent est vraiment une forme concrète de notre foi. D’autant plus que nous venons de célébrer Pâques, preuve de l’amour de Dieu pour l’humanité à travers Jésus. » Le père Fredy Rante Taruk, directeur général de Caritas Indonésie, est également intervenu pour signaler que son organisation a déjà reçu plus d’1 milliard de roupies indonésiennes (près de 60 080 euros). « Nous continuerons de collecter des dons durant un mois, parce que nous recevons habituellement des dons qui sont également destinés aux programmes de réhabilitation. »

Le prêtre a ajouté que Caritas travaille actuellement avec les Commissions pour le développement socioéconomique de plusieurs diocèses afin de distribuer les aides, dont des colis alimentaires et autres biens essentiels pour les victimes. « Mais nous suggérons aux commissions diocésaines de penser aussi aux besoins particuliers des plus petits, des femmes enceintes et des personnes âgées », souligne le père Fredy. De son côté, Maria Gorethy Bria, dont la maison a été partiellement détruite dans son village de Naimana (dans le district de Malaka), explique qu’elle-même et sa famille se sont réfugiées depuis le 5 avril dans un logement temporaire géré par l’Église locale. « Nous sommes tellement tristes, et nous avons toujours peur. Mais nous sommes reconnaissants envers tous ceux qui ont pu envoyer de l’argent pour nous aider. Ils ont le cœur pur », salue Maria. Ce mercredi, le pape François a confié sa prière pour les victimes des inondations en Indonésie. « Que le Seigneur accueille les défunts, réconforte leur famille et soutienne ceux qui ont perdu leur maison », a-t-il déclaré après le passage du cyclone Seroja.

(Avec Ucanews)


CRÉDITS

Herry Klau