Eglises d'Asie

Le diocèse de Daejeon diffuse une série radiophonique consacrée à saint André Kim Taegon

Publié le 10/03/2021




Du 22 février au 3 avril, une série radiophonique de trente épisodes sur saint André Kim Taegeon est diffusée par le centre CPBC (Catholic Peace Broadcasting Center) du diocèse de Daejeon. La série fait partie des nombreuses initiatives de l’Église locale dans le cadre de l’année jubilaire du 200e anniversaire de la naissance de saint André Kim Taegon (1821-1846), premier prêtre catholique natif de Corée et saint patron de la Corée. Il fait partie des 103 martyrs coréens canonisés en 1984. Les festivités de l’année jubilaire dureront jusqu’au 27 novembre.

Un portrait de saint André Kim dans la cathédrale de Myeongdong, à Séoul, durant la messe d’inauguration de l’année jubilaire du 200e anniversaire de sa naissance.

Une série radiophonique consacrée à saint André Kim Taegon, saint patron de la Corée, est particulièrement appréciée par la population catholique locale. Le feuilleton est basé sur la vie, l’œuvre et la pensée de saint André Kim, dans le but d’honorer le saint coréen dans le cadre du 200e anniversaire de la naissance du martyr, originaire du diocèse de Daejeon. En novembre dernier, l’Église catholique sud-coréenne a lancé officiellement les célébrations du bicentenaire de la naissance de l’un des martyrs chrétiens les plus vénérés dans le pays. Le centre CPBC (Catholic Peace Broadcasting Center) du diocèse de Daejeon, dirigé par le père Baek Hyun, a scénarisé le feuilleton radiophonique qui est diffusé depuis le 22 février jusqu’au 3 avril. La série, composée de 30 épisodes, est diffusée tous les jours à 7h50 et 16h50, sauf le dimanche.

La série aborde différents thèmes traditionnels et contemporains. Le père Baek Hyun explique que les auteurs du feuilleton radiophonique ont reçu d’excellents retours de la part des auditeurs, et que plusieurs paroisses catholiques ont utilisé la série dans le cadre de la formation religieuse et des écoles du dimanche. Beaucoup d’auditeurs ont envoyé des messages et des lettres au centre CPBC en exprimant leurs sentiments sur la série, ajoute le prêtre. L’Église coréenne organise de nombreux programmes et activités dans le cadre de l’année jubilaire marquant le 200e anniversaire de saint André Kim – dont les festivités dureront jusqu’au 27 novembre. L’Église locale organise notamment des messes spéciales, des expositions, des pèlerinages et visites des principaux sanctuaires catholiques coréens – des programmes sont organisés au niveau diocésain et national.

103 martyrs canonisés en 1984, dont saint André Kim

Saint André Kim (1821-1846), le premier prêtre catholique natif de Corée, est aujourd’hui le saint patron de la Corée du Sud. Fils d’un couple coréen converti au christianisme, après son baptême reçu à l’âge de 15 ans, il est entré au séminaire de Macao, en Chine, avant de revenir en Corée après six ans de formation. La même année, il a traversé la Mer Jaune jusqu’à Shanghaï, où il a été ordonné prêtre. Malgré les risques, André Kim rentre en Corée pour soutenir les catholiques éprouvés par les persécutions. En 1846, Mgr Ferréol, MEP, vicaire apostolique de la Corée, lui demande de faire parvenir des lettres en Europe via l’évêque de Pékin, mais lors de sa montée sur un bateau chinois, il est accidentellement découvert et arrêté. Il est alors interrogé et condamné à la prison. Étant de famille noble, le gouverneur lui demande de renoncer à sa foi, ce qu’il refuse malgré la torture. Il est décapité à l’âge de 25 ans. Le père de saint André Kim, Ignatius Kim, qui a également été martyrisé à l’âge de 45 ans durant la persécution de 1839, a été canonisé en 1984 en même temps que son fils.

Le christianisme serait venu en Corée durant l’invasion japonaise en 1592, durant laquelle des Coréens auraient été baptisés, probablement par des soldats chrétiens japonais. La communauté chrétienne se serait alors développée comme un mouvement laïc indigène. Toutefois, l’Église locale a été confrontée à des difficultés majeures alors que les autorités coréennes coupaient presque tout contact avec le monde extérieur. Plusieurs milliers de chrétiens coréens, dont des membres du clergé, ont été martyrisés pour avoir refusé de renoncer à leur foi. En 1984, durant sa visite en Corée du Sud, le pape Jean-Paul II a canonisé 103 martyrs dont saint André Kim, son père Ignatius, ainsi que dix missionnaires français martyrisés au XIXe siècle. Près de 46 % des Sud-Coréens n’adhèrent à aucune religion. On compte également 23 % de bouddhistes, sur une population d’environ 51,8 millions d’habitants. Bien que les protestants représentent la majorité de la population chrétienne, l’Église catholique coréenne compte environ 5,6 millions de fidèles, soit 11 % de la population.

(Avec Ucanews, Séoul)


CRÉDITS

DR