Eglises d'Asie

Le gouvernement philippin allège les mesures sanitaires dans les églises pour l’entrée en Carême

Publié le 20/02/2021




Depuis le 15 février, plusieurs paroisses catholiques philippines peuvent célébrer la messe avec une jauge de 50 % de leur capacité – au lieu de la limite de 30 % imposée jusqu’alors. La décision a été confirmée le 17 février par Harry Roque, le porte-parole du président philippin Rodrigo Duterte, qui a cependant précisé que les enfants et les personnes de plus de 60 ans ne peuvent toujours pas entrer dans les lieux de culte en raison de la pandémie. Avant le début du Carême, plusieurs évêques du pays avaient appelé les autorités philippines à alléger les mesures sanitaires dans les églises.

La paroisse de Baliuag, dans la province de Bulacan, près de Manille, lors d’une procession durant le Vendredi Saint.

Le gouvernement philippin a décidé d’alléger les restrictions sanitaires imposées aux lieux de culte dans le cadre de la pandémie, en autorisant davantage de fidèles à participer physiquement aux messes et autres célébrations religieuses. L’IATF (Inter-Agency Task Force), l’agence gouvernementale pour le contrôle des maladies infectieuses, a levé la jauge de 30 % de la capacité des églises. Le 17 février, Harry Roque, le porte-parole du président philippin Rodrigo Duterte, a confirmé l’annonce à la télévision nationale. « À compter du 15 février, nous avons commencé à autoriser les rassemblements religieux avec une jauge de 50 % », a-t-il précisé, tout en ajoutant que les enfants et les personnes âgées de plus de 60 ans, en revanche, sont toujours interdits de participer aux activités religieuses en présentiel.

Les catholiques philippins se sont réjouis de l’annonce du gouvernement. « Nous voulons remercier nos autorités sanitaires pour avoir su entendre l’appel de nos évêques, en autorisant davantage des paroissiens à entrer dans les églises. Nous avons reçu des rapports affirmant que les églises ne sont pas les lieux où le virus se répand, grâce aux protocoles sanitaires qui sont bien respectés », a salué un groupe de servants d’autel de la paroisse San-Jacinto de Quezon, dans la métropole de Manille. Ils ont ajouté que l’annonce des autorités philippines permettra au clergé de célébrer davantage de messes le dimanche et durant le temps du Carême. « Si davantage des personnes peuvent entrer dans les églises, les prêtres peuvent célébrer davantage de messes pour intégrer plus de paroissiens », ont-ils souligné.

« Vers qui pouvons-nous aller ? »

Un groupe de catéchiste a également salué la décision des autorités, pour avoir écouté la demande de l’administrateur apostolique de Manille, Mgr Broderick Pabillo. Récemment, ce dernier avait appelé à alléger les restrictions sanitaires dans les églises, en assurant que les messes ne sont pas à l’origine de clusters, à condition que les règles soient respectées. « C’est une bonne chose que l’IATF ait autorisé davantage de personnes dans les églises. Assister à la messe à la télévision, c’est tout de même très différent que de pouvoir être présent physiquement. Dans l’église, on peut vraiment ressentir la présence réelle du Christ », confie Mariel de Guzman, une catéchiste de l’archidiocèse de Manille, qui ajoute que de plus en plus de fidèles ont besoin de retourner à l’église, notamment parce que beaucoup d’entre eux souffrent des conséquences psychologiques des confinements imposés. « Avec les problèmes économiques qui nous ont affectés, entre les licenciements, le manque d’opportunités d’emplois et les dépenses sanitaires, vers qui pouvons-nous nous tourner ? Vers Jésus. Seulement vers le Christ. Il nous apporte l’espérance durant ces temps difficiles. » La Conférence épiscopale philippine (CBCP), toutefois, a rappelé aux fidèles que le virus n’est pas à prendre à la légère. Le secrétaire général de la CBCP, le père Jérôme Secillano, a invité les catholiques philippins à rester prudents. « Le Covid-19 n’a pas encore disparu. Ce virus peut encore nous atteindre et sa nature imprévisible reste une menace pour la santé publique », a confié le père Secillano sur Radio Veritas.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

Wikimedia Commons