Eglises d'Asie

Le Japon a marqué le 9e anniversaire de la triple catastrophe de Fukushima, malgré les mesures contre le coronavirus

Publié le 13/03/2020




Ce mercredi, le Japon s’est souvenu de la « triple catastrophe » (séisme, tsunami et catastrophe nucléaire) de Fukushima, survenue le 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon, et des 18 000 personnes qui sont décédées ou portées disparues. Depuis, tous les ans, des événements et cérémonies commémoratives sont organisés dans tout le pays pour marquer l’anniversaire de la catastrophe. Mais cette année, pour la première fois, les commémorations nationales ont été annulées ou reportées en raison de l’épidémie du coronavirus.

Le 11 mars, neuf ans après la « triple catastrophe » (séisme, tsunami et catastrophe nucléaire) de Fukushima, survenue en 2011, le Premier ministre Shinzo Abe a déclaré avoir observé une minute de silence à 14h46, heure exacte du séisme de magnitude 9 qui a frappé l’île de Honshu, dans la région de Tokoku. Tous les ans, depuis la catastrophe, de nombreuses commémorations ont lieu à cette date dans tout le pays en hommage aux près de 18 000 victimes ou disparus. Cependant, cette année, beaucoup cérémonies et événements ont dû être annulés à cause de l’épidémie du coronavirus. Ainsi, de nombreuses communes des préfectures d’Iwate et de Miyagi, parmi les plus touchées par la catastrophe, ont annulé ou reportées les cérémonies prévues, tout en installant des autels afin de permettre aux gens d’y déposer des fleurs. Malgré ces annulations, beaucoup d’habitants se sont rassemblés sur les sites de la catastrophe en mémoire de leurs proches. À Namie, dans la préfecture de Fukushima, une statue représentant une mère et son enfant a été inaugurée lors d’une cérémonie organisée au cimetière d’Ohirayama, face à l’Océan, en mémoire des victimes. Sur le socle de la statue de bronze, d’une hauteur de 2,4 mètres, on trouve quelques mots : « Nous prions pour que des fleurs renaissent dans les cœurs des habitants de Namie, qui ont supporté une telle souffrance. »

À 10h30 du matin, le 11 mars, une trentaine de personnes se sont rassemblées sur la côte de Yamada, dans la préfecture d’Iwate, dont plusieurs garde-côtes et policiers, afin de prier en silence. Cependant, c’est davantage l’épidémie du coronavirus qui préoccupe la population ces jours-ci, avec 59 nouveaux cas enregistrés entre le 10 et le 11 mars au Japon. Au 11 mars, le pays comptait 1 278 cas d’infection enregistrés depuis le début de l’épidémie, dont 696 à bord du bateau de croisière Diamond Princess, et 14 personnes revenues de Chine – 19 d’entre eux sont décédés, dont 7 à bord du ferry. Le 10 mars, Mgr Tarcisio Isao Kikuchi, archevêque de Tokyo et administrateur apostolique de Niigata, a annoncé la suspension des messes publiques dans la capitale du 15 au 29 mars. « Le 11 mars, 9e jour commémoratif de la catastrophe de 2011 à Tohoku, nous n’avons pas pu célébrer de messe ou d’autres événements dans la cathédrale de Tokyo en raison de l’épidémie », a écrit l’archevêque sur Facebook. Cependant, le centre volontaire catholique de Tokyo (CTVC) a diffusé une vidéo en ligne en direct afin de permettre aux gens de prier ensemble pour les victimes de la catastrophe. Dans son message, l’archevêque de Tokyo a invité les fidèles à se joindre à lui à cette occasion.

(Avec Asianews, Tokyo)


CRÉDITS

DR