Eglises d'Asie

Le père Varkey Kattarath, fondateur des prêtres vincentiens du Malabar, déclaré « serviteur de Dieu »

Publié le 07/02/2020




Le père Varkey Kattarath, qui a fondé la Congrégation vincentienne du Malabar dans le sud de l’Inde, a été déclaré « serviteur de Dieu », ouvrant ainsi sa cause en béatification. C’est le début d’un long processus, qui a démarré le 5 février avec une messe célébrée dans les quartiers généraux de la congrégation vincentienne indienne, à Kochi dans l’État du Kerala. Près de quatre cents fidèles et responsables catholiques étaient présents, dont le cardinal Georges Alencherry, cardinal et archevêque majeur d’Ernakulam-Angamaly, de l’Église catholique syro-malabare indienne. « C’est une fierté pour nous tous dans la congrégation », confie le père Alex Chalangady, conseiller général de la congrégation indienne, fondée il y a plus de 110 ans.

Le 5 février, des responsables de la congrégation vincentienne du Malabar dévoilent un portrait de leur fondateur, le père Varkey Kattarath, qui vient d’être déclaré « serviteur de Dieu ».

Le fondateur de la Congrégation vincentienne du Malabar, dans l’État du Kerala dans le sud de l’Inde, vient d’être déclaré « serviteur de Dieu », ouvrant la voie vers la canonisation. Le processus de béatification du père Varkey Kattarath, qui a fondé la congrégation il y a plus de 110 ans, va commencer par une enquête sur la vie du prêtre, avant qu’il puisse être qualifié de « vénérable », prouvant qu’il a vécu les valeurs et la foi catholique de façon « héroïque ». Ensuite, les étapes de béatification et de canonisation devront identifier des miracles survenus par l’intercession du père Varkey Kattarath. « Notre fondateur était considéré comme saint même de son vivant. Des personnes de tous milieux et conditions l’ont contacté pour demander des bénédictions et autres conseils », assure le père Chalangady. « Les gens ont afflué vers lui pour demander des prières. Beaucoup de personnes malades ont été guéries miraculeusement, et des fermiers ont pu être débarrassés d’infestations d’insectes qui détruisaient leurs cultures. » Le père Kattarath, originaire du Kerala, a fondé la congrégation vincentienne indienne en 1904. Aujourd’hui, elle compte 550 prêtres ordonnés et plus de 200 séminaristes, avec 84 maisons en Inde et 11 autres à l’étranger, notamment en Tanzanie, au Kenya et en Ouganda. En Inde, la congrégation travaille dans 33 diocèses, situés dans 11 États indiens sur les 29 États que compte le pays, dans l’éducation, le travail social et le travail pastoral. La maison mère se trouve dans l’archidiocèse d’Ernakulam-Angamaly, qui a demandé l’ouverture du processus de canonisation.

Fondation en 1904 au Kerala

L’archidiocèse a abordé la question lors du synode syro-malabar, qui a demandé et obtenu l’accord du Vatican en 2019. Le père Kattarath (1851-1931) a mené une vie monastique, précise une déclaration de la congrégation. Avec trois autres prêtres diocésains, il a formé la congrégation quand Mgr Louis Pazheparampil, premier vicaire apostolique d’Ernakulam, a suggéré que les quatre prêtres la fondent sur le modèle de la Congrégation de la Mission (Lazaristes). En 1904, ils ont commencé une vie communautaire prescrite par les « règles communes » de saint Vincent de Paul. Pourtant, la vie communautaire des quatre pionniers a été troublée pour diverses raisons, et ils se sont dispersés en 1915. La congrégation a été relancée en 1927 avec quatre autres prêtres aux côtés du père Kattarath, qui ont été autorisés à vivre une vie communautaire au même endroit, dans une maison du village de Thottakam. Le père Kattarath est devenu le premier membre profès de la congrégation en 1927, avant de mourir en 1931 à l’âge de 80 ans. Le père Kattarath fait partie des 40 catholiques indiens considérés comme « serviteurs de Dieu » et dont le procès en béatification a été ouvert. Le pays compte également au moins onze catholiques « vénérables » et onze bienheureux.

(Avec Ucanews, Kochi)


CRÉDITS

DR