Eglises d'Asie

Le petit séminaire Pie XII, dans l’île de Flores, marque le 65e anniversaire de sa fondation

Publié le 10/09/2020




La fondation des anciens élèves du petit séminaire Pie XII, dans l’île de Flores, dans les Petites îles de la Sonde orientales, dans l’est de l’archipel indonésien, ont marqué le 65e anniversaire de l’établissement en organisant une campagne de collecte de fonds afin de soutenir l’école, qui dépend du diocèse de Ruteng. L’établissement, qui a formé près de cinq mille élèves depuis 1955, est reconnu comme l’une des meilleures écoles de la province. L’école y catholique accueille actuellement 583 élèves, dont 60 % sont issus de familles d’agriculteurs. Depuis sa fondation, l’école a notamment formé 253 prêtres et 5 évêques.

Des élèves du petit séminaire Pie XII, sur l’île de Flores, majoritairement catholique, dans l’est de l’archipel indonésien.

Les anciens élèves du petit séminaire Pie XII, dans l’île indonésienne de Flores, ont célébré le 65e anniversaire de l’établissement le 8 septembre, en organisant une campagne de collecte de fonds. L’initiative était destinée à soutenir le séminaire, où plusieurs milliers d’élèves ont étudié depuis sa fondation, dont plusieurs centaines de prêtres et cinq évêques. L’événement, coordonné par Lando Sanpio, la fondation des anciens élèves du petit séminaire de Flores, a permis de collecter plus de 50 millions de roupies indonésiennes (2 377 euros). Yohanes Yosef Nembo, trésorier de la fondation Lando Sanpio, explique que cette initiative s’inscrit dans une série de projets destinés à soutenir l’établissement, qui a été fondé en 1955 par le père Leo Perik, un missionnaire hollandais de la congrégation du Verbe Divin. « Il est urgent de prendre part à ces efforts pour aider le séminaire à se développer. Si dans le passé, nous avons été dépendants de dons venus de l’étranger, notamment d’Europe, maintenant, nous devons avancer par nous-mêmes », ajoute-t-il. Yohanes est fier de préciser que ceux qui ont pris part au projet sont de plusieurs générations différentes, et que des jeunes ont participé. « Nous ne nous concentrons pas sur les chiffres mais sur l’engagement des participants », poursuit-il. Yohanes Nembo explique que cet argent s’ajoute aux fonds collectés depuis l’an dernier, pour un total de 780 millions de roupies (44 887 euros).

Près de cinq mille élèves formés en 65 ans

Ces fonds seront utilisés afin de soulager les coûts opérationnels du séminaire, explique le trésorier de la fondation des anciens élèves. Ces coûts couvrent notamment les frais de rénovation des bâtiments anciens, et les aides versées aux enseignants qui ont travaillé dans l’établissement durant de longues années. « En juillet, nous avons envoyé deux cents millions de roupies [11 510 euros], dont la moitié a été versée au séminaire, et le reste à dix enseignants actifs ou à la retraite, qui ont travaillé au séminaire durant plus de dix ans. » Yohanes ajoute que la fondation prévoit d’autres projets afin de continuer de collecter des fonds. Le père Dyonisius Osharjo, recteur actuel du séminaire, explique qu’en raison de la pandémie, aucune célébration publique majeure n’a été organisée pour marquer l’anniversaire de la fondation de l’établissement, contrairement aux années précédentes. Toutefois, le prêtre ajoute qu’ils se sont réjouis de voir les anciens élèves se préoccuper de l’avenir du séminaire. « Ces initiatives font justement partie des valeurs que nous défendons au séminaire, notamment la solidarité », salue le père Osharjo. L’établissement, qui dépend du diocèse de Ruteng, est reconnu comme l’une des meilleures écoles de la province des Petites îles de la Sonde orientales (Nusa Tenggara), dans l’est de l’archipel indonésien. L’école y accueille actuellement 583 élèves, dont 60 % sont issus de familles d’agriculteurs. Depuis 1955, l’école a formé 4 989 élèves en tout, dont 253 prêtres et 5 évêques. Parmi les anciens élèves de l’établissement, on trouve aussi des professionnels de nombreux domaines, notamment dans les médias et la politique. Parmi eux, on compte des membres du Parlement indonésien ainsi que le ministre de la Communication et de l’Information, Johnny G. Plate, seul membre catholique du cabinet ministériel.

(Avec Ucanews, Jakarta)


CRÉDITS

DR