Eglises d'Asie

Le président Moon lance un plan d’éducation gratuite pour les lycéens

Publié le 11/04/2019




Le 9 avril, le gouvernement sud-coréen a annoncé, en présence d’élus du parti démocrate Minju au pouvoir et d’officiels du bureau présidentiel, la mise en place d’une éducation gratuite pour tous les lycéens du pays dès 2021. Aujourd’hui, l’enseignement public n’est gratuit qu’au primaire et au collège. Selon le gouvernement, l’opération nécessitera un budget de 2 000 milliards de wons (1,75 milliard de dollars), et devrait bénéficier aux familles en difficulté. Si beaucoup sont favorables au projet, même du côté de l’opposition, certains y voient une manœuvre populiste à un an des prochaines élections générales, et d’autres doutent de la couverture financière du projet, particulièrement coûteux pour les caisses de l’État.

Mardi 9 avril, le bureau présidentiel, le gouvernement sud-coréen et le Parti démocrate Minju au pouvoir ont annoncé une éducation gratuite pour tous les lycéens dès 2021. Le programme commencera dès le second semestre pour les lycéens en 3e année (terminales), puis il s’étendra à tous les lycéens (secondes et premières) l’année suivante. Actuellement, l’enseignement public est gratuit seulement pour les élèves en école primaire et au collège. Le programme détaillé annoncé par le gouvernement a été rendu public lors d’une rencontre du bureau présidentiel (Cheong Wa Dae ou Maison bleue), du ministère de l’Éducation et d’élus du parti Minju. Le président Moon Jae-in et son administration ont fait de la gratuité des lycées une priorité pour l’enseignement sud-coréen. Le parti Minju au pouvoir a déclaré que si tous les lycéens sud-coréens reçoivent une éducation gratuite, il faudra un budget de 2 000 milliards de wons (1,75 milliard de dollars). Si le programme est mis en œuvre, un foyer sud-coréen avec un lycéen pourrait économiser 1,58 million de wons (1 400 dollars) par an, a affirmé le ministre adjoint des finances, Koo Yoon-cheol. Selon Hong Young-pyo, chef du groupe parlementaire du parti démocrate, cela pourrait permettre aux familles en difficulté d’augmenter leur pouvoir d’achat de 130 000 wons (130 dollars) par mois. Le parti démocrate a déclaré qu’il ferait de son mieux pour faire voter cette mesure au parlement d’ici fin juin.

Selon le gouvernement, le budget nécessaire au programme devrait être couvert par le ministère de l’Éducation. Au total, 17 bureaux provinciaux et municipaux du ministère assumeront le financement du projet à hauteur de 946,6 milliards de wons. Le gouvernement a ajouté que puisque les directeurs d’établissements ont reconnu le besoin d’une éducation gratuite et que des subventions publiques seront accordées, le financement de l’opération ne devrait pas poser de problème. « Je ne sais pas si c’est le moment de mettre en place une telle opération », confie un expert sud-coréen de l’éducation. « Certains y voient une manœuvre politique populiste à un an des prochaines élections générales. La suppression des frais de scolarité profitera surtout aux familles démunies. Les plus aisés ont l’habitude d’envoyer leurs enfants dans des écoles privées où ils reçoivent une éducation de haut niveau », ajoute-t-il. « Le gouvernement précédent de la présidente Park Geun-hye avait déjà essayé la même chose. Mais faute de ressources financières, le projet avait échoué. Le budget annoncé aujourd’hui concerne l’une des promesses de campagne de Moon Jae-in, mais le coût est particulièrement élevé pour les caisses de l’État », estime l’expert. « L’idée générale est bonne. Même l’opposition y est plutôt favorable. Mais sans présentation détaillée de la couverture financière de l’opération, il sera difficile de la mettre en œuvre. »

(Avec Asianews, Séoul)


CRÉDITS

DR