Eglises d'Asie

Le taux de suicide du Japon atteint son niveau le plus bas depuis plus de quarante ans

Publié le 21/01/2020




En 2019, le Japon a enregistré 19 959 suicides, soit le chiffre le plus bas depuis plus de 40 ans, selon les chiffres provisoires publiés ce vendredi 17 janvier par la police. Cette annonce confirme la baisse du nombre de suicides au Japon, déjà enregistrée depuis dix ans. Bien que le suicide soit un problème de longue date au Japon, certains types de suicides étant traditionnellement considérés comme honorables, notamment dans un cadre militaire, contre la défaite et le déshonneur, et que le taux de suicide soit toujours classé en tête parmi les pays du G7, les suicides ont chuté de près de 40 % en 15 ans. L’an dernier, le pays a enregistré une baisse de 881 suicides par rapport à 2018, soit un total annuel sous la barre des 20 000 suicides, pour la première fois depuis que le début des archives en 1978.

En 2019, le taux de suicide a atteint 15,8 personnes sur 100 000 habitants, soit une baisse de 0,7 % par rapport à 2018. Par genre, en 2019, 13 937 hommes et 6 022 femmes se sont donné la mort. La répartition par groupes d’âge n’a pas été indiquée. En 2003, le Japon avait enregistré le nombre record de 34 427 suicides, provoquant l’inquiétude des décideurs et suscitant la préoccupation étrangère. Bien que la police n’ait pas explicité de raisons particulières derrière cette baisse du taux de suicide, et bien que la situation économique du pays reste optimiste malgré un ralentissement, la cause majeure proviendrait d’un programme de prévention contre le suicide, lancé en 2007 et mis à jour en 2017, et qui porterait visiblement ses fruits aujourd’hui. Le développement des services psychologiques, des services d’assistance téléphonique et des groupes de volontariat qui interviennent pour aider les gens à se confier a de fait joué un grand rôle dans cette amélioration. Les entreprises, en réaction aux poursuites judiciaires lancées par des familles de personnes qui se sont donné la mort suite à une surcharge de travail, ont facilité les prises de jours de congé, tout en proposant davantage de soutien psychologique. Une loi contrôle les heures supplémentaires, et le gouvernement exige la tenue de tests annuels pour évaluer le niveau de stress pour les entreprises de plus de cinquante employés. Cependant, malgré la tendance à la baisse de ces dernières années, le taux de suicide du Japon demeure l’une des problématiques sociales majeures du pays.

« Protéger toute vie »

De plus, le taux de suicide chez les jeunes contredit cette tendance, les experts dénonçant toujours la pression et le harcèlement scolaires comme causes possibles de la hausse du suicide des jeunes. En 2017, le nombre de suicide chez les jeunes a atteint un niveau record depuis 1986, alors que 250 enfants, collégiens et lycéens se sont donné la mort cette année-là au Japon. La protection de la vie faisait justement partie des principaux thèmes abordés par le pape François, lors de son voyage apostolique au Japon du 23 au 26 novembre 2019 (« Protéger toute vie »). Dans une lettre publiée avant la visite historique, Mgr Isao Kikuchi, archevêque de Tokyo, avait souligné que « l’isolement, la pauvreté, le manque de respect envers la vie humaine et l’incapacité à trouver l’espérance entraînent la perte de nombreuses vies dans la société japonaise moderne ». Durant la visite du pape, quand il s’est adressé aux évêques japonais en abordant les principaux maux qui frappent la société japonaise, le Saint-Père a souligné que « l’augmentation du nombre de suicides dans vos villes, ainsi que le harcèlement [ijime] et diverses formes de pauvreté sont en train de créer de nouveaux genres d’aliénation et de désorientation spirituelle ». C’est pourquoi, a ajouté le pape, comme cela affecte particulièrement les jeunes, « je vous exhorte à leur prêter une attention spéciale, ainsi qu’à leurs besoins ». « Essayez d’accorder la priorité aux espaces où la culture de l’efficacité, du rendement et du succès puisse s’ouvrir à une culture d’amour gratuit et désintéressé, capable d’offrir à tous, et pas seulement à ceux qui ‘réussissent’, les possibilités d’une vie heureuse et épanouie. »

(Avec Asianews, Tokyo)


CRÉDITS

DR