Eglises d'Asie

L’Église catholique aux Philippines sollicitée par le gouvernement contre un taux de suicide alarmant

Publié le 26/08/2020




Le 23 août, Menardo Guevarra, ministre philippin de la justice, s’est adressé aux responsables religieux du pays afin d’évoquer l’urgence d’une réaction face au taux grandissant de suicide aux Philippines. « Nous sommes dans une situation difficile. La pandémie est un problème que nous ne pouvons pas résoudre seulement par la science ou grâce au seul gouvernement. Nous avons aussi besoin de foi et de nourriture spirituelle », a-t-il souligné. De son côté, Mgr Broderick Pabillo, administrateur apostolique de Manille, a déclaré que « nous pouvons contribuer à alléger le poids qui pèse sur les épaules des gens en les aidant à se rapprocher du Seigneur ».

Mgr Pablo Virgilio David, président de la conférence épiscopale philippine : « Nous avons lancé notre propre ligne téléphonique en juin, afin d’aider nos fidèles en cas de besoin d’assistance et d’accompagnement. »

Le ministre philippin de la justice, Menardo Guevarra, a appelé les responsables religieux du pays à collaborer avec le gouvernement afin de lutter contre le nombre grandissant de suicides dus au confinement et aux pertes d’emplois causées par la pandémie. Menardo Guevarra, qui est également membre de l’IATF (Groupe de travail inter-institutions sur les maladies infectieuses émergentes), a déclaré avoir reçu un appel du responsable du groupe de travail philippin, Carlito Galvez, qui a décrit le taux de suicides aux Philippines comme « préoccupant ». Le 23 août, en s’adressant aux journalistes, le ministre philippin a expliqué que cette situation et cet appel urgent ont poussé le gouvernement à faire appel à l’Église catholique et aux autres groupes religieux afin de contribuer à offrir des conseils et des accompagnements aux citoyens souffrant d’anxiété et de dépression. « J’appelle nos responsables religieux estimés à guider les fidèles. Nous sommes dans une situation difficile. La pandémie est un problème que nous ne pouvons pas résoudre seulement par la science ou grâce au seul gouvernement. Nous avons aussi besoin de foi et de nourriture spirituelle », a-t-il souligné.

Des lignes téléphoniques mises en place dans les diocèses

Une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a constaté que les problèmes de santé psychique et les troubles mentaux aux Philippines ont « nettement » augmenté depuis le début de la pandémie. Selon l’OMS, les autorités sanitaires philippines en matière de santé mentale ont reçu en moyenne 30 à 35 appels par jour entre mars et mai, à propos de cas de dépression, contre 13 à 15 appels quotidiens entre mai 2019 et février 2020. « C’est bien supérieur à la moyenne de 400 appels mensuels entre mai 2019 et février 2020 ou avant l’arrivée de la pandémie aux Philippines. Après le 31 mai 2020, la moyenne mensuelle des appels liés au suicide a atteint 45 appels par mois », indique l’étude. « Face à l’absence de vaccin disponible pour empêcher la propagation continue du nouveau coronavirus, sans compter le nombre toujours grandissant de cas positifs, et sans savoir quand exactement le virus pourra être vaincu, beaucoup se retrouvent démunis et découragés », ajoute l’étude de l’OMS. Le ministre Menardo Guevarra a également déclaré que l’Église catholique peut rappeler aux pratiquants de « garder espoir » et « d’avoir la foi » dans les épreuves causées par la pandémie.

« Je partage l’inquiétude de M. Galvez et j’invite respectueusement nos responsables religieux à transmettre ce message essentiel d’espoir à nos compatriotes qui souffrent, afin de prévenir d’autres actes suicidaires », a-t-il confié. Le président actuel de la conférence épiscopale philippine, Mgr Pablo Virgilio David, a confirmé que les diocèses philippins peuvent lancer des sessions de conseils et d’accompagnement en ligne ou par téléphone, qui peuvent être proposés aux personnes souffrant de dépression. « Nous avons lancé notre propre ligne téléphonique ‘hopeline’ en juin, afin d’aider nos fidèles en cas de besoin d’assistance et d’accompagnement de la part d’un prêtre ou d’un psychiatre », a ajouté l’évêque de Caloocan. De son côté, Mgr Broderick Pabillo, administrateur apostolique de Manille, a confié que le fait d’autoriser davantage de fidèles à pouvoir retourner à la messe pourrait contribuer à leur nourriture spirituelle. « Je l’ai déjà dit auparavant. La messe et les autres services liturgiques sont des activités essentielles durant cette pandémie. Tout en respectant les mesures sanitaires et la distanciation physique, nous pouvons contribuer à alléger le poids qui pèse sur les épaules des gens en les aidant à se rapprocher du Seigneur », a-t-il déclaré.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

DR