Eglises d'Asie

Les Carmes célèbrent quatre cents ans de présence en Inde et en Asie

Publié le 14/02/2019




Les Carmes Déchaux de Goa ont fêté leurs quatre cents ans de présence dans le pays par une semaine de célébrations en présence du père Saverio Cannistra, Préposé général des Carmes Déchaux, et 73 autres supérieurs de l’ordre. Le 10 février, ils ont célébré une messe dans la cathédrale Sainte-Catherine du Vieux-Goa, dans l’ouest du pays, afin de commémorer leurs premières fondations dans la région. L’Inde compte sept provinces carmélites avec 1 000 frères carmes ainsi que 34 couvents comptant 500 religieuses carmélites.

Les Carmes ont achevé une semaine de célébrations en l’honneur de leurs quatre cents ans de présence en Asie, avec une messe solennelle célébrée dans le Vieux-Goa, la capitale de l’ancienne colonie portugaise, sur la côte ouest indienne. Plus de deux cents prêtres de l’ordre des Carmes déchaux, dont des responsables de l’ordre venus du monde entier, ont participé à la messe le 10 février, dans la cathédrale Sainte-Catherine de Goa, afin de commémorer leurs premières fondations dans la région. Des couronnes de fleurs ont été déposées sur les tombes des premiers pères carmes et missionnaires dans la région, découvertes lors de fouilles en 1985. Les Carmes déchaux sont arrivés à Goa en 1619, après avoir été envoyés en Asie par le pape Clément VIII en 1604. Un « définitoire extraordinaire » d’une semaine – rassemblant les principaux responsables de l’ordre – a notamment eu lieu à cette occasion. Le père Saverio Cannistra, Préposé général des Carmes Déchaux, était présent ainsi que 73 supérieurs de l’ordre, afin d’échanger sur l’avenir des Carmes dans la région. Ils ont notamment voté contre la modification du texte de la constitution de l’ordre, tout en acceptant d’entreprendre l’ébauche d’une déclaration sur le charisme. « Ce travail s’est révélé particulièrement important afin de mieux prendre conscience du caractère inaliénable du charisme que nous avons reçu pour le bien de toute l’Église, et afin de l’exprimer convenablement pour notre temps », a affirmé une publication officielle sur le site internet de l’ordre.

Un séminaire a également été organisé sur l’arrivée des Carmes en Inde, sur le développement de l’ordre dans le pays, sa spiritualité et sa contribution à l’apostolat. Ils ont également échangé sur les défis de la société indienne actuelle. Lors de la messe du 10 février, Mgr Filipe Neri Ferrao, archevêque de Goa et de Damao, a appelé à approfondir la foi en Jésus par l’humilité, le don de soi et la compassion envers les souffrants et les plus démunis. Suite à la célébration, le cardinal George Alencherry, de l’Église syro-malabare, a annoncé la parution d’un livre intitulé La première fondation du Carmel en Inde. Un livre a également été publié par le père Paul Anchandy, supérieur général des carmes de Marie Immaculée, une congrégation syro-malabare de droit pontifical. Il s’agit du premier institut religieux catholique fondé en Inde. Les célébrations se sont achevées sur un son et lumière sur l’histoire et la mission des Carmes en Inde. Le 8 février, le père Cannistra a présidé une messe en mémoire des bienheureux Denis de la Nativité et Rédempt de la Croix, les premiers martyrs du Carmel en Inde, au milieu des ruines du premier couvent des Carmes dans le Vieux-Goa. Le père Cannistra a déclaré que la force des religieux reposait non sur leur nombre mais sur « la puissance de l’Esprit et l’abondance de ses dons, qui change nos faiblesses et nos peurs en courage et en la joie des disciples et des apôtres de Jésus Christ ». L’Inde compte sept provinces carmélites avec 1 000 frères carmes ainsi que 34 couvents comptant 500 religieuses carmélites.

(Avec Ucanews, Panaji)


CRÉDITS

Bosco Eremita