Eglises d'Asie

Les catholiques indiens prient pour les malades à l’occasion de la fête de sainte Alphonsine de l’Immaculée

Publié le 30/07/2020




La fête de sainte Alphonsine de l’Immaculée, née Anna Muttathupadathu, rassemble tous les ans de nombreux pèlerins devant la tombe de la sainte, dans l’État du Kerala, dans le sud de l’Inde. La religieuse indienne, de la congrégation des Clarisses, a été canonisée en 2008 par Benoît XVI. Elle est décédée le 28 juillet 1946 à l’âge de 36 ans. Elle est vénérée par de nombreux Indiens, particulièrement en cas de maladie ou de souffrances physiques, en raison des souffrances endurées par la sainte de son vivant. Durant la messe célébrée ce 28 juillet au sanctuaire, plus discrètement que les autres années en raison des restrictions sanitaires, Mgr Joseph Kallaranhattu, évêque de Palai, a confié que la sainte est « restée au pied de la croix » dans les épreuves, à l’image de la Vierge.

La tombe de sainte Alphonsine Muttathupadathu, dans le district de Kottayam, dans l’État du Kerala.

Ce mardi 28 juillet, les catholiques indiens ont célébré la fête de sainte Alphonsine de l’Immaculée (née Anna Muttathupadathu), une religieuse indienne de la congrégation des Clarisses du Malabar. Sainte Alphonsine a été canonisée en 2008 par le pape Benoît XVI. Durant la cérémonie, ce dernier a honoré « les souffrances physiques et spirituelles extrêmes » qu’a dû endurer la religieuse durant sa courte vie. Sainte Alphonsine, née en 1910, est décédée le 28 juillet 1946 à l’âge de 36 ans à Bharanaganam, dans le diocèse de Palai, au Kerala, où sa tombe est vénérée chaque année par des foules de pèlerins venus de tout le pays. La sainte est connue pour avoir été alitée durant de longues périodes au couvent. Pour cette raison, les catholiques indiens la prient souvent en cas de maladie ou d’autres formes de souffrances physiques. Le 28 juillet, durant la messe solennelle qu’il a célébrée auprès de la tombe de la sainte, Mgr Joseph Kallaranhattu, évêque de Palai, a affirmé que le sanctuaire est l’un des lieux où les Indiens peuvent se ressourcer et trouver de la force. Dans son homélie, l’évêque a souligné que, comme la Vierge Marie, sainte Alphonsine est restée près de la croix malgré les épreuves. À cause de la crise sanitaire, peu de pèlerins ont pu prendre part à la célébration devant la tombe. En général, la fête de sainte Alphonsine est au cœur d’un festival religieux d’une dizaine de jours, avec plusieurs cérémonies solennelles célébrées le 28 juillet. Cette année, en revanche, la tombe peut être visitée en respectant des restrictions strictes imposées par le gouvernement. Ce 28 juillet, Jinil Joseph faisait partie des quelques pèlerins présents au sanctuaire. Sa guérison miraculeuse à l’âge de deux ans a fait partie du processus de canonisation de la sainte. Jinil est né avec un pied bot. Ses parents, qui vivaient près du sanctuaire, venaient prier régulièrement devant la tombe de la sainte avec leur garçon. Jinil Joseph a souhaité, comme chaque année, participer à la messe devant la tombe de sainte Alphonsine. Le jeune homme, aujourd’hui séminariste du diocèse de Palai, espère devenir prêtre et célébrer la messe un jour au sanctuaire.

(Avec Asianews, Bharanganam)


CRÉDITS

DR