Eglises d'Asie

Les catholiques indiens se joignent au « marathon de prière » du pape contre la pandémie

Publié le 05/05/2021




Le 1er mai, de nombreux diocèses indiens se sont joints au « marathon de prière » entamé par le pape. Tout au long du mois de mai, traditionnellement associé à Marie, le Saint-Père a invité les catholiques à prier un chapelet quotidien pour une intention particulière liée à la pandémie. Mgr Peter Machado, archevêque de Bangalore dans l’État du Karnataka, explique que les chapelets quotidiens ont commencé en ligne dans sa cathédrale, à cause des restrictions sanitaires en vigueur. Depuis le début de la pandémie, le pays a enregistré au moins 222 000 décès et 20 millions de cas positifs.

Les catholiques indiens s’associent au « marathon de prière » entamé le 1er mai par le pape François – qui a lancé un mois de prières et de chapelets quotidiens pour la fin de la pandémie. L’initiative du Saint-Père a débuté ce samedi dans la basilique Saint-Pierre de Rome, où le pape a invité les catholiques du monde entier à se joindre au chapelet quotidien durant le mois de mai, traditionnellement dédié à Marie. « Le 1er mai à 20 heures, nous avons commencé les chapelets quotidiens depuis notre cathédrale, en ligne seulement, parce que nous ne pouvons pas nous rassembler dans nos paroisses à cause de la situation sanitaire », explique Mgr Peter Machado, archevêque de Bangalore, dans l’État du Karnataka. La capitale du Karnataka fait partie des villes les plus touchées par le Covid-19 dans le pays. Durant les quinze derniers jours, près de 150 catholiques sont décédés à cause de la pandémie dans l’archidiocèse, qui compte près de 450 000 fidèles. « L’autre jour, une paroisse a perdu 19 personnes. Nos cimetières sont pleins », assure Mgr Machado, interrogé le 3 mai. « Durant nos chapelets, nous prions pour ceux qui sont morts durant la pandémie, pour ceux qui ont été infectés et pour le personnel médical, y compris le personnel paramédical et tous ceux qui sont exposés à cause de leur travail. »

À New Delhi, la capitale fédérale du pays, où beaucoup de patients manquent d’équipement médical et d’oxygène, l’archidiocèse de Delhi a débuté les récitations du chapelet en invitant les chrétiens à participer à l’initiative depuis chez eux. « Nous avons des chapelets organisés en ligne tous les jours, comme nous ne pouvons pas nous rassembler dans les paroisses », a expliqué le père Savarimuthu Sankar, porte-parole de l’archidiocèse, qui organise également des prières ininterrompues pour les habitants de Delhi et tous ceux qui sont affectés par la pandémie. « Nos prières apportent un soutien à la fois spirituel et psychologique à tous ceux qui sont en détresse », a poursuivi le père Sankar. De nombreux diocèses catholiques indiens ont également organisé des temps de prières et des temps de jeûnes après la nouvelle vague de contagions en Inde, qui frappe le pays depuis la deuxième semaine d’avril. Le 4 mai, l’Inde avait ainsi enregistré 357 229 nouveaux cas et 3 449 décès (sur 1,3 milliard d’habitants). En tout, depuis le début de la crise sanitaire, la pandémie a entraîné plus de 222 000 décès dans le pays, et près de 20 millions de personnes infectées par le virus.

« Susciter l’espérance auprès de ceux qui souffrent »

L’archidiocèse de Mumbai a également pris part au « marathon de prière » dès le 1er mai. « Avec nos prières, nous essayons de nous montrer solidaires et de susciter l’espérance auprès de ceux qui souffrent », explique le père Nigel Barrett, porte-parole du cardinal Oswald Gracias, archevêque de Mumbai. L’archidiocèse de Ranchi, dans l’État du Jharkhand, dans l’est du pays, a également lancé une « croisade du rosaire » en ligne depuis le 24 avril, a indiqué Mgr Theodore Mascarenhas, évêque auxiliaire de Ranchi et ancien secrétaire général de la Conférence épiscopale indienne. « J’ai le cœur brisé en voyant tous ceux qui souffrent, y compris parmi nos prêtres et nos religieuses. Nous essayons de faire de notre mieux pour les aider. Quand nous ne pouvons pas le faire physiquement, la prière reste la seule solution », a-t-il confié le 30 avril. Mgr Varghese Chakkalakal, évêque de Calicut (Kerala), a également participé au mois de prière lancé le 1er mai. « Dieu montrera sa miséricorde sur l’humanité et mettra fin aux séries de décès de la pandémie. Nous ne pouvons pas faire grand-chose d’un point de vue humain, mais je suis sûr que Dieu interviendra. » Mgr John Moolachira, archevêque de Guwahati dans le nord-est de l’État d’Assam, a également déclaré que les catholiques de son diocèse continuent d’offrir l’Eucharistie ainsi que leurs prières communautaires et familiales.

(Avec Ucanews)


CRÉDITS

DR