Eglises d'Asie

Les catholiques philippins invités à s’engager comme volontaires durant le voyage du pape

Publié le 20/11/2019




Mgr Ruperto Santos, évêque de Balanga et responsable de la commission épiscopale pour les migrants et les personnes itinérantes, a invité tous les catholiques philippins résidant en Thaïlande et au Japon à prendre part activement au voyage du pape François. Le Saint-Père arrive aujourd’hui à Bangkok pour une visite pastorale de trois jours dans un pays majoritairement bouddhiste, où les chrétiens restent une petite minorité. C’est sa première visite en Thaïlande, auprès de ses 69 millions d’habitants – pour seulement 389 000 catholiques, 835 prêtres, 1 461 religieuses et 1 901 catéchistes. Le pape François est le deuxième pape à venir en Thaïlande après la visite de saint Jean-Paul II en 1984. Le 23 novembre, il se rendra ensuite au Japon jusqu’au 26 novembre.

Les Philippins vivant et travaillant en Thaïlande et au Japon ont été invités à consacrer leur temps et leurs talents au service de l’Église locale à l’occasion de la venue du pape François en Asie, pour contribuer au succès de cette semaine. Mgr Ruperto Santos, responsable de la commission épiscopale pour les migrants et les personnes itinérantes, a également invité les catholiques philippins à participer aux activités organisées durant le voyage apostolique. « Nous appelons nos [travailleurs migrants], en particulier au Japon, à servir dans leurs diocèses et leurs paroisses comme volontaires », a-t-il demandé. L’évêque de Balanga a également appelé les Philippins à « demander à leurs employeurs » de les autoriser à se rendre aux célébrations avec le Saint-Père. « Ceux qui sont libres d’y participer, donnez de votre temps et offrez vos talents pour ce moment de grâce, au service de cette visite historique du Saint-Père. » Mgr Santos a ajouté que les catholiques philippins doivent montrer leur solidarité envers leurs frères et sœurs dans la foi et leurs voisins en Asie. Le Japon compte environ 265 000 migrants philippins, qui y représentent la quatrième plus grande communauté étrangère avec les Vietnamiens. En 2006, les mariages entre Japonais et Philippins étaient les mariages mixtes les plus fréquents au Japon. En Thaïlande, le pays compte près de 18 000 migrants ou descendants de migrants philippins. Beaucoup se sont mariés avec des Thaïlandais et sont installés dans le pays. Aujourd’hui, la Thaïlande compte davantage de migrants philippins ; la plupart d’entre eux travaillent comme professeurs d’anglais ou avec des ONG régionales.

En tant que jeune jésuite, le pape rêvait de devenir missionnaire au Japon, mais sa santé ne l’a pas permis. En Thaïlande, le pape François rencontrera également sœur Anna Rose Sivori, Fille de Marie Auxiliatrice et cousine germaine du Saint-Père, qui travaille comme missionnaire en Thaïlande depuis 53 ans. Elle fera partie de l’entourage du pape durant ses trois jours de visite dans le pays. Dans une déclaration, le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État du Saint-Siège, a confié que durant son voyage en Asie, le pape mettra l’accent sur les thèmes de la mission, de la protection de l’environnement et de la paix. « Le pape François souhaite voyager dans des régions éloignées afin de rencontrer les gens en personne, parce que ‘la personne est au cœur de l’attention de l’Église’ », a expliqué le cardinal Parolin, qui a ajouté que le pape devrait encourager les catholiques thaïlandais à s’ouvrir à l’Esprit Saint, « premier acteur » de la mission. Le cardinal Parolin a également annoncé que la partie japonaise du voyage sera particulièrement importante, parce que le pape devrait y encourager les efforts vers la dénucléarisation. Le pape François doit se rendre à Hiroshima et Nagasaki, frappées par des bombes nucléaires il y a 74 ans, pour lancer un nouvel appel pour le désarmement nucléaire mondial.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

DR