Eglises d'Asie

Les cinq nouveaux lauréats du prix Ramon Magsaysay salués pour leur courage

Publié le 12/09/2019




Cinq Asiatiques ont reçu le prix Ramon Magsaysay lors d’une cérémonie organisée à Manille, le 9 septembre, afin de récompenser leur engagement personnel soutenu au service de la dignité humaine. Parmi les lauréats 2019 de ce qui est considéré comme le « Prix Nobel de l’Asie », on compte Kim Jong-ki, militant contre le harcèlement scolaire en Corée du Sud, Ko Swe Win, journaliste birman, Ravish Kumar, journaliste indien, Angkhana Neelapaijit, militante pour les droits de l’homme en Thaïlande, et Ryan Cayabyab, musicien philippin. Ils rejoignent la longue liste des quelque trois cents lauréats qui ont reçu le prix au cours des six dernières décennies, honorés pour avoir combattu pour le développement humain « avec courage et créativité, et en apportant des contributions qui ont embelli leurs sociétés », a déclaré le jury.

« Nous avons besoin de bonnes nouvelles dans ces temps difficiles. Ces bonnes nouvelles doivent être célébrées et partagées largement », a soutenu Jose Cuisia, président de la Fondation du prix Ramon Magsaysay, considéré comme le « Prix Nobel d’Asie ». Dans son allocution adressée durant la remise des prix, le 9 septembre à Manille, la vice-présidente des Philippines, Maria Leonor Robredo, a salué la « bravoure » des lauréats de cette année, qui ont combattu « contre les injustices et les cultures de violences », dans les sociétés asiatiques, alors même qu’il est devenu « bien trop facile pour nous d’oublier ceux qui sont dans le besoin ». Elle a décrit les nouveaux lauréats comme des « sources d’espoir inépuisables ». Maria Robredo a affirmé que leurs histoires sont la preuve que l’héroïsme peut être montré à travers « des actes quotidiens de gentillesse et de compassion, de résistance et de contestation, de générosité et de service joyeux ». La vice-présidente a confié que les peuples d’Asie devraient s’engager à « poursuivre sans relâche la paix, la justice sociale, la liberté et la réconciliation ». Elle a également rappelé ce que c’est d’être asiatique alors que le continent est « en proie une nouvelle fois aux luttes pour la démocratie ».

Maria Robredo, membre de l’opposition politique à Manille, a ajouté que plusieurs dirigeants asiatiques ont versé dans « l’autoritarisme et dans les abus », et qu’ils n’ont pas été élus pour cela. « Dans certaines sociétés, la situation des droits de l’homme a reculé et la pertinence des institutions traditionnelles est remise en question », a-t-elle remarqué. « Ce soir, nous tournons notre regard avec fierté vers ceux qui ont refusé d’accepter que l’usage de la force brutale et de la violence devienne la norme en Asie. » Kim, le lauréat sud-coréen, qui a créé une fondation de prévention contre la violence des jeunes, a confié que les coupables et les victimes de harcèlement deviennent de plus en plus jeunes. « Nous devons concentrer toute notre intelligence et tous nos efforts pour mieux protéger nos enfants », a-t-il insisté, alors que le suicide de son propre fils l’a amené à lancer une organisation qui accompagne et conseille les familles et les élèves. De son côté, la Thaïlandaise Angkhana Neelapaijit a déclaré que son prix « prouve que la voix des victimes de violations des droits de l’homme doit être entendue ». Elle a été reconnue pour le courage infaillible dont elle a fait preuve dans son combat pour la justice, pour son mari victime de disparition forcée, et pour d’autres victimes de violences dans le sud de la Thaïlande. Raymundo « Ryan » Cayabyab, musicien et enseignant aux Philippines, estime de son côté qu’« enseigner peut transformer des vies ». « Je veux que mes élèves soient meilleurs que moi. Je veux permettre à une nouvelle génération de compositeurs d’être meilleurs que notre génération, pour que notre musique puisse progresser et pour faire avancer toute la communauté musicale le plus loin possible. » Le musicien a été reconnu pour ses compositions et ses performances qui ont fortement inspiré et influencé la musique philippine. Le « Prix Nobel de l’Asie » a été nommé d’après le troisième président des Philippines après la Deuxième Guerre mondiale ; le prix Ramon Magsaysay est donné tous les ans et récompense « la grandeur d’âme et le leadership » parmi des personnalités qui ont fait preuve d’excellence en Asie.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

DR