Eglises d'Asie

Les églises ferment leurs portes face à la poussée de Covid-19

Publié le 22/05/2021




Après avoir été longtemps désignée comme un modèle de gestion de la pandémie, l’île est soudain aux prises avec un pic de contaminations qui suscite la panique des citoyens.
Une vue de l'église catholique Saint-Christophe vide à Taipei, ville de Taiwan. L'archidiocèse de Taipei a fermé des églises au milieu d'une augmentation des cas de Covid-19

Une vue de l’église catholique Saint-Christophe vide à Taipei, ville de Taiwan. L’archidiocèse de Taipei a fermé des églises au milieu d’une augmentation des cas de Covid-19

Les autorités taïwanaises ont placé la capitale Taïpei et ses environs en état d’alerte maximale et imposé des restrictions pendant au moins deux semaines à la suite d’une recrudescence de cas de Covid-19 : les entreprises, bureaux et lieux de culte, y compris les églises doivent fermer leurs portes.

Après que Taïwan a enregistré plus de 1 000 nouveaux cas au cours de la semaine dernière, de nouvelles interdictions de rassemblements et de mouvements ont été décrétées.

Jusqu’à ces dernières semaines, Taïwan était présenté comme un modèle dans le monde entier pour avoir réussi à maintenir le virus à distance, enregistrant un peu plus de 1 400 cas et seulement 14 décès. La politique gouvernementale était fondée sur une fermeture précoce des frontières, des quarantaines strictes pour les nouveaux arrivants et l’utilisation extensive de technologies de traçage.

Le succès de cette approche a permis à la population de jouir pendant la majorité de l’année 2020 d’une vie normale sans restrictions ni verrouillages. Cependant, après un pic de transmissions internes au pays de 2 533 nouveaux cas, un climat de peur s’est installé sur Taïwan.

L’augmentation du nombre de contaminations et l’annonce de nouvelles restrictions ont déclenché des « achats-panique », de nombreux Taïwanais ayant dévalisé les rayons des magasins pour stocker des produits tels que les nouilles instantanées et le papier toilettes, selon plusieurs rapports de médias locaux.

La présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen a annoncé le 16 mai que l’alerte COVID-19 avait été relevée au niveau 3 à Taïpei et demandé aux citoyens « de maintenir leur vigilance, la distanciation sociale et d’éviter les achats-panique. »

L’archidiocèse catholique de Taïpei a annoncé que toutes les églises resteront fermées jusqu’à nouvel ordre. « La messe en semaine, la messe du dimanche, toutes les cérémonies, activités, rassemblements, dans toutes les paroisses de l’archidiocèse de Taïpei sont immédiatement suspendus jusqu’à nouvel ordre. La reprise des services religieux sera annoncée en fonction de la situation, a déclaré l’archevêque Thomas Chung An-Zu.  » Si vous avez des besoins pastoraux, veuillez rester en contact avec les curés par téléphone, Internet, etc. Nous continuons à prier pour une rapide élimination de l’épidémie. « L’année dernière, les églises de Taïwan ont été fermées pendant deux mois, mais ont rouvert dès le mois de mai.

L’épidémie reste principalement concentrée dans les villes de Taïpei et New Taïpei. Cependant, le ministère de la santé a signalé des cas dans huit autres villes, dont 28 à Changhua, 16 à Taoyuan, huit dans la ville de Kaohsiung et deux premiers cas à Tainan.

Fort de sa réussite initiale, le gouvernement taïwanais ne s’est pas préparé à une deuxième vague. La lenteur de la campagne de vaccination est désormais sous le feu des critiques : à peine 1 % des 24 millions de Taïwanais ont été vaccinés. Les autorités ont commandé 20 millions de doses de vaccins, dont certaines à AstraZeneca et Moderna, mais la plupart ne sont pas encore arrivées et ont été retardées en raison d’une pénurie mondiale. Taïwan a reçu 300 000 doses de vaccin AstraZeneca à ce jour et environ les deux tiers ont été distribués. Le ministre de la Santé a déclaré que le gouvernement s’attendait à recevoir prochainement 1 million de vaccins AstraZeneca via COVAX, un programme de l’Organisation Mondiale de la Santé pour un accès équitable aux vaccins dans le monde.

 

(Avec Ucanews)


CRÉDITS

Facebook