Eglises d'Asie

Les évêques catholiques du Kerala demandent la réouverture des églises

Publié le 29/05/2020




Le gouvernement de l’État du Kerala a autorisé la réouverture des bars et magasins d’alcool, ainsi que l’organisation des examens de fin d’année pour les lycéens, tout en maintenant fermés tous les lieux de culte du Kerala. Face à cette situation, le cardinal syro-malabare George Alencherry, archevêque d’Ernakulam-Angamali, a écrit au ministre en chef du Kerala Pinarayi Vijayan afin de demander la réouverture des églises, temples et mosquées, en vain. Un autre État indien du sud du pays, le Karnataka, a pourtant annoncé la réouverture des lieux de culte à partir du 1er juin, à condition de recevoir l’aval du gouvernement fédéral.

Dans l’État du Kerala, les ventes d’alcool sont à nouveau autorisées, ainsi que les examens de fin d’année dans les lycées, mais les églises et tous les lieux de culte sont toujours fermés. Le gouvernement de l’État du Kerala a annoncé les nouvelles conditions du déconfinement concernant les ventes d’alcool via l’application smartphone BevQ, une vente d’alcool en ligne. Du côté des examens dans les lycées, ils doivent être organisés en respectant les distances sociales et les règles sanitaires avec la plus grande précaution. Mais les églises, temples et mosquées, de leur côté, ne pourront pas rouvrir immédiatement. Le ministre en chef du Kerala, Pinarayi Vijayan, a refusé d’autoriser leur réouverture face aux risques de contagion. Pourtant, dans le Karnataka, un autre État du sud du pays, le ministre en chef Bookanakere S. Yediyurappa a autorisé la réouverture au public des temples, mosquées et églises dès le 1er juin. « Dans notre pays, la loi est la même pour tous », a-t-il souligné, « mais la permission du gouvernement fédéral est nécessaire ». « Nous l’attendons encore, mais nous poursuivons nos efforts pour y parvenir », a-t-il ajouté. Au nom de toutes les communautés chrétiennes du Kerala, le cardinal Alencherry a écrit au ministre en chef Pinarayi Vijayan il y a quelques jours afin de lui demander d’autoriser la réouverture des églises, en vain.

Cette décision a consterné de nombreux évêques, prêtres et fidèles, qui demandent pourquoi les bars et magasins d’alcool peuvent rouvrir et non les temples et les églises, alors que les catholiques sont prêts à respecter les distances sociales et à se protéger contre la propagation du virus. Beaucoup de critiques ont ajouté que la consommation d’alcool a souvent des conséquences sociales désastreuses dans le pays, comme des problèmes d’addiction, en particulier parmi les travailleurs journaliers. Les évêques catholiques du Kerala se sont fermement opposés à la décision du gouvernement local concernant la réouverture des ventes d’alcool, en mettant en évidence le nombre de familles détruites par les problèmes d’alcool. Une des raisons principales derrière la décision de l’État est sans doute le fait que les ventes d’alcool représentent l’un des plus grandes sources de revenus pour le gouvernement. Actuellement, les taxes sur les ventes d’alcool sont entre 202 % et 212 %. En attendant, malgré toutes les mesures sanitaires imposées durant le confinement, les lycéens du Kerala vont pouvoir passer leurs examens de fin d’année – le Kerala semble être le seul État indien à être parvenu à assurer que les élèves achèvent leur année académique.

(Avec Asianews, Thiruvananthapuram)


CRÉDITS

DR