Eglises d'Asie

Les évêques philippins s’opposent à un projet de barrage financé par la Chine

Publié le 29/02/2020




Mercredi 26 février, la conférence des évêques philippins a publié un communiqué contre le projet de construction du barrage Kaliwa, au sud de Manille, financé par la Chine et censé ajouter près de 24 millions de litres d’eau par jour pour compléter les apports en eau de la région métropolitaine de Manille – déjà assurés par un premier barrage qui couvre environ 96 % des besoins de la région. Selon l’Église locale et les organisations environnementales philippines, le projet, qui non seulement coûterait cher au gouvernement philippin, inonderait au moins 300 hectares de forêts dans les montagnes de la Sierra Madre, où vivent les membres de la tribu Dumagat-Remontados.

Le 26 février, la conférence des évêques philippins a publié un communiqué afin de soutenir les appels à annuler le projet de construction d’un barrage qui doit être financé par des prêts chinois. Dans leur déclaration, les évêques catholiques affirment qu’il s’agit d’un projet destructeur pour la nature, et qu’il coûterait beaucoup d’argent au gouvernement. Mgr Romulo Valles, évêque de Davao et président de la conférence des évêques philippins, a précisé qu’il n’est pas contre les projets de développement dans la mesure où ils ne conduisent pas à sacrifier le « bien commun » au nom du progrès. L’évêque, qui a signé la déclaration au nom de la conférence des évêques, a confié que le projet du gouvernement, « sous prétexte de fournir de l’eau à la région métropolitaine de Manille, est selon nous contraire au développement inclusif ». Il a expliqué que les évêques sont opposés au projet parce qu’il risque de détruire la biodiversité des montagnes de la Sierra Madre, où vivent les membres de la tribu Dumagat-Remontados. « C’est pourquoi nous appelons les départements concernés au gouvernement, et tous les autres partenaires du projet du barrage Kaliwa, de cesser sa mise en œuvre », poursuit le communiqué des évêques, en appelant à une « mise à jour adaptée » du projet pour corriger ses défauts. « Au nom du bien commun, nous recommandons fortement de considérer attentivement les alternatives écologiques et durables », ont ajouté les évêques. Le projet de barrage, dont le financement s’élève à 226,4 millions de dollars US et qui doit être construit dans la province de Quezon, au sud de Manille, est en projet depuis trois décennies. Si le projet démarre cette année, il peut être achevé d’ici 2023. Il est censé compléter les apports en eau d’un premier barrage, qui fournit déjà environ 96 % des besoins de la région de Manille. Le département métropolitain des eaux (Metropolitan waterworks and sewerage system) a fait remarquer que le barrage Kaliwa devrait ajouter environ 34 millions de litres d’eau par jour pour les régions de la capitale et des provinces voisines. Toutefois, le projet est vivement critiqué par les organisations environnementales et par l’Église locale. En 2018, au moins 51 évêques catholiques et 4 prêtres ont fait part de leur soutien dans une lettre pastorale signée par l’évêque d’Infanta, et titrée « Non au barrage Kaliwa, oui aux sources alternatives d’apport en eau ». Outre leurs craintes face à un projet de barrage qui inonderait environ 300 hectares de forêts, les critiques estiment que le financement par la Chine serait un « piège » qui pèserait lourdement sur les finances locales.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

DR