Eglises d'Asie

Les jeux olympiques de Tokyo maintenus malgré la situation sanitaire

Publié le 08/06/2021




Plusieurs milliers de volontaires aux Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, qui doivent se dérouler du 23 juillet au 8 août 2021, se sont désistés, notamment en raison des craintes face aux risques sanitaires. Pourtant, au cours de la semaine dernière, le nombre moyen de nouveaux cas d’infection au Japon a été en dessous de 3 000, et le processus de vaccination s’accélère. Par ailleurs, malgré les divisions de la population locale, près de la moitié des Japonais seraient favorables au maintien des jeux.

Vue aérienne du Nouveau stade olympique national, situé à Kasumigaoka, Shinjuku (Tokyo).

Plusieurs milliers de volontaires enregistrés ont décidé de renoncer aux Jeux olympiques de Tokyo, initialement prévus du 24 juillet au 9 août 2020, et qui doivent se tenir du 23 juillet au 8 août 2021. Bien que 10 000 volontaires sur les quelque 80 000 prévus pour les Jeux olympiques se soient désistés, Toshiro Muto, directeur général des jeux de Tokyo 2020, a assuré que leur retrait n’aura aucun impact sur l’organisation de l’événement sportif, puisqu’aucun spectateur étranger ne sera autorisé dans le pays. De son côté, Seiko Hashimoto, présidente de Tokyo 2020, a confirmé le maintien des jeux. Selon Toshiro Muto, il est clair que l’inquiétude face aux risques d’infection fait partie des raisons principales derrière ces abandons de la part des volontaires. Au cours de la semaine dernière, le nombre moyen de nouveaux cas d’infection a pourtant été en dessous de 3 000 ; selon les chiffres de l’université John Hopkins (Baltimore, États-Unis), le Japon a enregistré un total de 756 000 cas depuis le début de la pandémie, dont 13 330 décès.

Malgré les préoccupations de la population japonaise, les préparatifs des jeux olympiques et paralympiques de Tokyo se poursuivent comme prévu, assure Seiko Hashimoto. « Il est impossible de les annuler encore une fois », a-t-elle confié le 3 juin à Nikkan Sports, un journal local. « Les gens en ont assez des appels à ‘rester chez soi’ », a ajouté Shigeru Omi, président de la Japan Community Health Care Organisation et principal conseiller médical du gouvernement japonais, jeudi dernier devant le Parlement japonais. « Donc à moins que le gouvernement ne trouve une nouvelle solution pour cette phase critique, il sera impossible » de prévenir les risques de contagion, estime le conseiller qui désapprouve le maintien des jeux dans ce contexte.

Près de la moitié de la population favorable au maintien des jeux

Kaori Yamaguchi, ancienne médaillée et judokate japonaise, a également critiqué les autorités et le Comité international olympique (CIO). Elle a dénoncé le CIO et le comité organisateur des jeux d’été de Tokyo pour leur décision « d’éviter le dialogue ». Selon elle, le CIO « semble penser que l’opinion publique au Japon n’est pas importante ». Pour le Dr Naoto Ueyama, président d’un syndicat de médecins japonais (Japan Doctors Union), on pourrait craindre le développement d’une nouvelle souche « olympique » du coronavirus en cas de maintien de l’événement sportif. De son côté, le journal Asahi Shimbun a également appelé à annuler les jeux. Pour le quotidien japonais, la seule solution serait d’accélérer la campagne de vaccination, qui progresse lentement dans le pays. Selon Asahi Shimbun, même si le Japon atteint son objectif de vaccination de l’ensemble des 36 millions de personnes âgées dans le pays d’ici fin juillet – un but trop optimiste pour certains – près de 70 % des habitants seront toujours exposés. En attendant, malgré la polémique, près de la moitié de la population japonaise serait favorable au maintien des jeux, alors que la crise sanitaire locale diminue.

(Avec Asianews)


CRÉDITS

Arne Museler