Eglises d'Asie

L’harmonie religieuse progresse en Indonésie selon le ministère des Affaires religieuses

Publié le 17/12/2019




Selon l’Indice de l’harmonie religieuse (KUB), fixé par le ministère indonésien des Affaires religieuses sur la base d’une enquête nationale qui a été menée en mai et juin dernier dans tout le pays, la situation interreligieuse a progressé depuis l’an dernier, malgré un niveau qui reste inférieur à celui de 2015. La note globale fixée par l’indice est passée de 70,9 points l’an dernier à 73,83 points sur 100 cette année (contre 75,3 en 2015). Trois dimensions principales sont identifiées auprès des répondants, selon leur perception sur les critères de coopération, d’égalité et de tolérance. Les notes les plus élevées obtenues se trouvent dans les provinces de Papouasie occidentale et des Petites îles de la Sonde orientales, où la population est majoritairement chrétienne.

Selon le ministère indonésien des Affaires étrangères, la situation interreligieuse s’est améliorée en Indonésie, alors que l’Indonésie est passée de 70,9 points à 73,83 points sur 100 cette année sur l’Indice de l’harmonie religieuse (KUB). Cet indice est basé sur une enquête nationale qui a été menée par l’Agence pour la recherche et le développement (Balitbang) du ministère, auprès de 13 600 répondants vivant dans 34 provinces indonésiennes, en mai et en juin 2019 (avec une marge d’erreur estimée à 4,6 %). L’indice est destiné à évaluer trois dimensions principales, à savoir la perception des répondants sur des niveaux de tolérance, d’égalité et de coopération entre les communautés religieuses dans le pays, qui compte toujours la plus importante population musulmane au monde. Fachrul Razi, le nouveau ministre des Affaires religieuses, a affirmé qu’au cours des cinq dernières années, la moyenne s’est toujours située au-dessus de 70 sur 100. « Ce chiffre a augmenté par rapport à l’année dernière, mais il reste bas comparé au niveau de 2015, quand il avait atteint 75,3 », a cependant ajouté le ministre. Selon les résultats de l’enquête, la dimension « coopération » est celle qui a atteint le plus haut score avec 75,4 points, suivie par celles d’égalité (73,72 points) de tolérance (72,37 points). L’indice évalue différents facteurs comme l’éducation familiale, les revenus des ménages, la diversité religieuse et le rôle du ministère.

Les résultats montrent cependant que plusieurs provinces sont classées sous la moyenne nationale : Java oriental (73,7 points), le Kalimantan oriental (73.6), Gorontalo (73.2), les îles Bangka Belitung (73.1), Lampung (73.1), les îles Riau (72.8), les Moluques du Nord (72.7), le Kalimantan du Sud (72.5), Sumatra du Sud (72.4), Bengkulu (71.8), Jakarta (71.3), Jambi (70.7), les Petites îles de la Sonde occidentales (70.4), Riau (69.3), Banten (68.9), Java occidental (68.5), Sumatra occidental (64.4) et enfin la province d’Aceh (60.2), la seule province à imposer la charia, la loi coranique. Les provinces de Papouasie occidentale et des Petites îles de la Sonde orientales (Nusa Tenggara en indonésien), où la population est majoritairement chrétienne (respectivement 58,4 % et 95 % des habitants), ont obtenu les notes respectives de 82,1 et de 81,1 sur 100, soit les meilleurs scores établis par l’enquête. La reconnaissance des fêtes religieuses célébrées par les minorités est le principal critère de cohésion et d’harmonie sociale fixé par l’indice. La fête de Noël sera le prochain test qui mettra à l’épreuve l’harmonie religieuse dans le pays. La police de Jakarta a ainsi annoncé le déploiement de 10 000 policiers pour protéger les célébrations de la Nativité et du nouvel an, ainsi que plusieurs dizaines de postes de garde à travers la capitale indonésienne. Yusri Yunus, porte-parole de la police nationale, a déclaré que la police travaillera avec l’armée et les autorités de Jakarta afin d’améliorer le niveau de sécurité dans la capitale. Une rencontre est notamment prévue le 23 décembre afin d’identifier les sites principaux à protéger durant les fêtes.

(Avec Asianews, Jakarta)


CRÉDITS

DR