Eglises d'Asie

Malgré les engagements de Vientiane sur la liberté religieuse, les chrétiens toujours victimes de discriminations

Publié le 22/01/2021




Selon la loi laotienne, les minorités chrétiennes – qui représentent environ 2 % de la population dans le pays, sur près de 7 millions d’habitants – peuvent pratiquer leur foi librement malgré certaines restrictions. En pratique, pourtant, beaucoup de fidèles laotiens, en particulier dans les régions reculées, craignent encore les discriminations. Récemment, l’organisation internationale La Voix des Martyrs (Voice of the martyrs) qui défend les droits des chrétiens persécutés, a signalé le sort de deux familles laotiennes de l’ethnie Khmu, converties au christianisme, qui ont subi de vives oppositions dans leur village.

Une femme de l’ethnie Khmu, une des communautés vivant dans les montagnes laotiennes, où les minorités chrétiennes continuent de subir des discriminations.

Deux familles de l’ethnie Khmu se sont converties récemment au christianisme, provoquant les vives réactions de certains villageois, dans une région montagneuse et reculée du pays. Certains habitants voient le christianisme comme une religion étrangère et subversive qui n’a pas sa place au Laos, et encore moins dans une communauté locale composée de villageois bouddhistes aux traditions ancestrales – l’ethnie Khmu appartient aux nombreuses tribus indigènes vivant dans les montagnes laotiennes. Selon plusieurs organisations chrétiennes étrangères, les deux familles en question seraient devenues chrétiennes après avoir reçu la visite d’un responsable chrétien venu d’un autre village, qui avait été invité pour leur parler du Christ et de ses enseignements. Certains villageois se sont irrités de leur conversion.

« Des tensions sont apparues dans un village Khmu quand deux familles se sont converties, et l’une d’entre elles vit à côté d’un militaire de haut rang qui méprise les chrétiens », a affirmé l’organisation internationale La Voix des Martyrs (Voice of the martyrs) qui défend les droits des chrétiens persécutés à travers le monde. Le voisin militaire, indigné de la rencontre des deux familles avec ce responsable chrétien, a interrompu la réunion en demandant la raison de la venue de ce dernier. « Les chrétiens ont expliqué calmement qu’il avait été invité pour leur montrer comment se convertir. Quand le voisin a protesté en disant que c’était contraire à la loi, ils ont insisté en affirmant qu’il était légal de se convertir au christianisme au Laos », a indiqué l’organisation La Voix des Martyrs.

2 % de chrétiens sur 7 millions d’habitants

Selon la loi, les chrétiens laotiens, qui représentent environ 2 % de la population sur près de 7 millions d’habitants, peuvent pratiquer leur foi librement dans le pays, malgré certaines restrictions. En pratique, pourtant, beaucoup de fidèles vivant dans les régions reculées du pays choisissent de cacher leur foi de peur d’être visés par les plus virulents, qui pourraient les harceler voire tenter de les chasser de chez eux. « Priez pour ces chrétiens, beaucoup de communautés chrétiennes subissent des menaces similaires », a demandé l’organisation chrétienne. Des membres du gouvernement communiste laotien, à Vientiane, travaillent pourtant avec des groupes chrétiens depuis quelques années pour assurer que les autorités locales, dans les régions rurales, respectent les lois qui protègent les chrétiens contre les discriminations.

En effet, ce sont souvent les autorités locales, dans les villages, qui visent elles-mêmes les minorités chrétiennes. Ainsi, dans une affaire survenue durant l’été 2020, quatre hommes ont été arrêtés pour avoir organisé des funérailles chrétiennes dans un autre village, où la plupart des habitants étaient bouddhistes. Un fonctionnaire local a poursuivi les quatre chrétiens, qui ont été détenus pendant plusieurs mois malgré leur innocence. Un villageois chrétien hmong, originaire d’une autre communauté indigène locale, estime que les tentatives d’obtenir de l’aide auprès des autorités locales, censées protéger les villageois chrétiens, peuvent s’avérer futiles. « Ils peuvent répondre que les chrétiens n’ont aucun droit et que personne ne les écoutera », affirme-t-il. « Nous avons beau essayer de parler aux chefs de villages, ce sont justement ces gens-là qui sont en colère contre les chrétiens. »

(Avec Ucanews, Vientiane)


CRÉDITS

DR