Eglises d'Asie

Manille : le nonce apostolique aux Philippines évoque la nomination prochaine d’un nouvel archevêque

Publié le 27/02/2021




Le jeudi 25 février, Mgr Charles John Brown, nonce apostolique aux Philippines, a confié que le processus de nomination d’un nouvel archevêque à Manille ne devrait plus être long. « La nomination d’un nouveau nonce papal accélère le processus », a confié Mgr Charles Brown, nommé aux Philippines le 28 septembre 2020, en rappelant qu’il s’agit du plus grand archidiocèse du pays, avec près de 3 millions de fidèles pour plus de 80 paroisses.

Mgr Charles John Brow, nonce apostolique aux Philippines, le 24 février à Manille.

Le 25 février le nonce apostolique aux Philippines a annoncé la nomination prochaine d’un nouvel archevêque de Manille par le pape François. Le poste reste vacant depuis plus d’un an, quand le cardinal Luis Antonio Tagle a été nommé préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples. Mgr Broderick Pabillo, évêque auxiliaire de Manille, a été nommé administrateur apostolique de l’archidiocèse en attendant une nouvelle nomination par le pape François. Après plus d’un an, l’envoyé du Vatican aux Philippines a confirmé que l’attente sera bientôt terminée. « Je ne pense pas qu’il faille attendre encore bien longtemps. La nomination d’un nouveau nonce papal rend le processus de la nomination d’un nouvel archevêque bien plus rapide », a assuré Mgr Charles John Brown, dans une interview retransmise sur une chaîne télévisée philippine. Le nonce a également rappelé qu’il s’agissait du plus grand archidiocèse du pays, avec 3 millions de catholiques pour plus de 80 paroisses, et qu’ils avaient besoin d’un pasteur.

« Vu le nombre de catholiques, je ne pense pas que l’attente sera longue avant qu’un successeur au cardinal Tagle soit nommé ici à Manille. » Les commentaires du nonce apostolique ont suscité l’intérêt du clergé et des paroissiens de Manille, impatients de connaître le nom du nouvel archevêque. La cathédrale de Manille a notamment publié une prière à l’intention du futur pasteur, en demandant aux paroisses de la réciter durant les messes dans l’archidiocèse : « Envoie-nous un homme bon, saint et sage comme nouvel archevêque. Aide-nous, le clergé, les religieux et les laïcs, à travailler généreusement à ses côtés pour que nous grandissions ensemble dans ton amour. » Les catholiques de Manille se posent la question du nom du futur archevêque depuis le départ du cardinal Tagle.

« Je pense que cela pourrait être Mgr Socrates Villegas, l’archevêque de Lingayen-Dagupan, ou Mgr Pablo Virgilio David, l’évêque de Kalookan. Tous les deux ont été des pasteurs courageux qui ont parlé ouvertement des exécutions extrajudiciaires commises par le gouvernement Duterte. Nous avons besoin d’un archevêque courageux à la manière du cardinal Jaime Sin [archevêque de Manille de 1974 à 2003] », confie Aldrin Sebastian, un catholique de Manille. Il ajoute que cette position dépasse le cadre ecclésial, et qu’il y a une dimension sociopolitique importante. « L’archevêque n’est pas seulement un pasteur pour les pauvres et les opprimés ; le siège épiscopal de Manille est influent et il peut se faire entendre des dirigeants politiques », estime Aldrin. D’autres catholiques pensent que l’archidiocèse a besoin d’un évêque plus discret. « Nous avons besoin d’un pasteur qui apporte la guérison et l’unité, entre le peuple et le gouvernement. Nous avons besoin de quelqu’un de fort et de diplomate », souligne une autre habitante de Manille, Christine San Gabriel.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

Catholic Bishops' Conference of the Philippines