Eglises d'Asie

Manille : Mgr Pabillo appelle les catholiques philippins à ne pas se laisser détourner par la peur du coronavirus

Publié le 21/02/2020




Malgré l’épidémie, la conférence épiscopale philippine a maintenu les messes publiques et les célébrations du temps du carême, tout en annonçant des mesures de précaution particulières. Ainsi, les évêques philippins ont annoncé que certaines liturgies du temps du carême, notamment l’imposition des cendres du mercredi 26 février, ont été changées par prudence face à l’épidémie. Mgr Broderick Pabillo, évêque auxiliaire de Manille, a appelé les catholiques philippins à ne pas laisser la crainte du coronavirus chinois les détourner de l’entrée dans le temps du carême. « Ne nous laissons pas détourner par cette situation », a demandé Mgr Pabillo, en insistant pour que les fidèles ne restent pas troublés par ces « changements extérieurs ». « Il faut regarder le sens profond de nos rites », a-t-il ajouté.

En 2018, Mgr Pablo Virgilio David, évêque de Kalookan, impose les cendres à une fidèle philippine.

Malgré l’épidémie, Mgr Pablo Viriglio David (photo), évêque de Kalookan et vice-président de la conférence épiscopale philippine, a déclaré qu’il n’y aura pas de suspension de messes et de célébrations durant le temps du carême. L’évêque a cependant assuré que les diocèses philippins appliqueront « des mesures de précautions particulières ». À Hong-Kong, où l’Église locale a annoncé la suspension des messes publiques durant deux semaines et des célébrations du mercredi des cendres, les travailleurs migrants philippins ont été invités à rester prier chez eux. Mgr Ruperto Santos, évêque de Balanga et vice-président de la commission épiscopale philippine pour les migrants et les personnes itinérantes, a demandé aux catholiques philippins à l’étranger de pratiquer le jeûne et l’abstinence le jour du mercredi des cendres, malgré les célébrations annulées.

Aux Philippines, le jour du mercredi des cendres, le 26 février, les cendres seront déposées sur la tête des fidèles et non sur leur front. L’évêque auxiliaire de Manille, Mgr Broderick Pabillo, a invité les catholiques à ne pas se laisser détourner de l’entrée dans le temps du carême face à la peur du coronavirus, malgré les modifications des célébrations pour respecter les précautions sanitaires. Cependant, l’évêque a appelé les catholiques philippins à se préoccuper davantage du sens du geste de l’imposition des cendres, qui appelle « à l’humilité et à la pénitence », plutôt que de la façon dont sont déposées les cendres. « Ainsi, quand les cendres sont imposées sur nous, que ce soit sur notre tête ou sur notre front, nous ne souvenons de nos humbles origines », a-t-il poursuivi. « L’essentiel, c’est l’humilité et le repentir auxquels nous sommes invités, et cela ne doit pas se perdre à cause de préoccupations sur les rites. »

Mgr Pabillo a également rappelé aux catholiques de Manille que le mercredi des cendres n’est pas juste un événement isolé. Il a appelé tous les fidèles à une saison de renouveau spirituel. « Ne nous laissons pas distraire par le coronavirus, et vivons ce temps de carême comme un temps de grâce », a-t-il ajouté. Le Département philippin de la Santé a annoncé, le 20 février, que plus d’une douzaine de nouveaux cas suspectés d’être infectées par le coronavirus Covid-19 ont été enregistrés dans le pays. Les autorités ont déclaré que sur les 556 cas d’infection suspectés aux Philippines depuis le début de l’épidémie, on compte 17 nouveaux cas. Par ailleurs, le nombre de personnes en cours d’examen dans le pays continue de chuter selon les autorités. Seules 133 personnes sont encore en quarantaine dans plusieurs établissements médicaux aux Philippines. Les autorités sanitaires ont également déclaré que deux cas d’infection sur trois sont finalement rétablis. À ce jour, le coronavirus, dont aucune transmission locale n’a été rapportée aux Philippines, a fait un total de 2 120 victimes et plus de 75 000 infections, principalement en Chine continentale.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

Jire Carreon