Eglises d'Asie

Manille s’apprête à célébrer la fête du Nazaréen Noir, malgré l’annulation de la procession annuelle

Publié le 08/01/2021




Le 9 janvier, la procession traditionnelle du Nazaréen Noir – une statue du Christ portant sa croix, en bois sombre, datant du XVIe siècle – n’aura pas lieu à cause de la pandémie. L’archidiocèse de Manille a prévu plusieurs célébrations dans au moins cinq églises de Manille, dont le sanctuaire de Quiapo qui héberge la statue, afin d’éviter les grands rassemblements. À Quiapo, les messes ne pourront accueillir que 400 fidèles (soit 30 % de la capacité de l’église, selon les consignes du gouvernement). Tous les ans, la fête du Nazaréen Noir attire plusieurs millions de Philippins.

Tous les ans, le 9 janvier, plusieurs millions de Philippins participent à la fête du Nazaréen Noir. Cette année, la procession a été annulée à cause de la pandémie.

L’archidiocèse de Manille a prévu d’autoriser jusqu’à 400 fidèles durant les messes qui marqueront la fête du Nazaréen Noir, le 9 janvier, en respectant les consignes sanitaires. Le Nazaréen Noir – une statue colorée du XVIe siècle représentant le Christ portant sa croix – est porté tous les ans dans les rues de la capitale philippine le 9 janvier, dans le cadre d’une procession qui peut durer des heures. En général, la fête rassemble plusieurs millions de pèlerins, mais cette année, la procession a été annulée à cause de la pandémie. « L’église de Quiapo, le sanctuaire qui héberge la statue du Nazaréen Noir, ne pourra contenir que 400 personnes à chaque messe célébrée en l’honneur du Nazaréen Noir. Cette décision respecte les protocoles sanitaires du gouvernement, qui autorise seulement 30 % de la capacité des églises », a déclaré l’archidiocèse de Manille sur les réseaux sociaux. Ce dernier a également précisé que les sièges et les bancs seront désinfectés après chaque messe afin d’éviter les risques d’infection. La distanciation physique sera également respectée pour éviter les risques de transmission. « Des marques indiqueront les places disponibles pour respecter les distances d’au moins un mètre entre les personnes », explique Alex Erasga, membre de l’équipe technique du sanctuaire. Il ajoute que même si seulement 400 personnes pourront entrer dans l’église, les autres pèlerins pourront tout de même suivre la messe depuis le parvis. « Nous avons aussi prévu des écrans le long des rues près du sanctuaire, afin de permettre aux fidèles de participer aux messes. »

La procession traditionnelle annulée

Mgr Ding Coronel, recteur du sanctuaire de Quiapo, explique que des messes seront célébrées simultanément dans au moins cinq églises de Manille pour éviter des foules trop nombreuses. « Nous avons prévu de célébrer des messes dans plusieurs paroisses de Manille où les fidèles pourront venir prier. Cela permettra d’éviter qu’il y ait trop de monde à Quiapo le jour de la fête, afin de contenir les risques de propagation du virus », a-t-il déclaré lors d’une interview radio. Alors que la procession traditionnelle a été annulée, les organisateurs du festival prévoient de placer la statue dans l’église de Quiapo de manière à permettre au plus grand nombre de la voir durant leurs prières. Mgr Broderick Pabillo, administrateur apostolique de Manille, célébrera la première messe du jour, le 9 janvier, aux côtés d’autres prêtres de l’archidiocèse.

Les catholiques de Manille ont fait part de leur satisfaction après l’annonce des mesures sanitaire prévues. « Nous devons respecter les règles sanitaires du gouvernement et les consignes de l’Église. Personnellement, je pense que cette année, c’est mieux de suivre la messe en ligne. Ma femme et moi, nous prendrons le temps de prier devant la statue après la fête, quand il y aura moins de monde », confie Gary Valladolid, un catholique de Manille qui participe tous les ans au festival du Nazaréen Noir. Gary Valladolid ajoute que les fidèles doivent aider le gouvernement à combattre le virus en évitant les lieux surpeuplés. « Il vaut mieux prévenir que guérir. On peut toujours honorer le Nazaréen Noir en priant depuis chez soi. Il n’y a vraiment pas besoin d’organiser de grands rassemblements », estime-t-il.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

Angie de Silva