Eglises d'Asie

Manipur : Ram Nath Kovind, le président indien, remet une distinction à une religieuse indienne

Publié le 30/09/2020




Le 24 septembre à Imphal, dans l’État de Manipur, dans le nord-est de l’Inde, sœur Sweta William Parmar, de la congrégation des Sœurs carmélites de la Charité (Sœurs de Vedruna), a reçu une distinction avec 42 autres lauréats, des mains du président indien Ram Nath Kovind et de Kiren Rijiju, ministre des Affaires de la Jeunesse. La religieuse, âgée de 39 ans, est engagée dans la campagne Swachh Bharath (Nettoyer l’Inde), dans le cadre du programme gouvernemental NSS (National Service Scheme), dont elle est la responsable locale au sein de l’école salésienne de Maram (Don Bosco College).

Le 24 septembre dans l’État de Manipur, le président Ram Nath Kovind a remis un prix à sœur Sweta William Parmar, de la congrégation des Sœurs carmélites de la Charité.

Sœur Sweta William Parmar, de la congrégation des Sœurs carmélites de la Charité, ou Sœurs de Vedruna, a reçu un prix des mains du président indien Ram Nath Kovind et du ministre des Affaires de la Jeunesse, Kiren Rijiju. À cette occasion, 42 autres personnes ont également été décorées. La religieuse a reçu ce prix ce jeudi 24 septembre dans l’État du Manipur, dans le nord-est de l’Inde, en reconnaissance pour ses œuvres sociales et son travail au service de la protection de l’environnement. Sœur William Parmar, âgée de 39 ans, est engagée dans la campagne Swachh Bharath (Nettoyer l’Inde), dans le cadre du programme gouvernemental NSS (National Service Scheme). Le NSS, un programme de service public financé par le gouvernement fédéral indien, a été lancé en 1969 à l’occasion du centenaire de la naissance de Gandhi. Depuis 2012, sœur Parmar est la responsable locale du programme NSS au Don Bosco College de Maram, une ville du district de Senapati, à 82 km au nord d’Imphal, capitale de l’État de Manipur. La religieuse travaille également dans l’école salésienne comme professeur adjointe. Outre son travail dans l’établissement salésien, la religieuse a également soutenu plusieurs projets majeurs dans la région, notamment la construction de toilettes publiques, d’usines de traitement des déchets et d’égouts, entre autres.

Sœur Sweta William Parmar s’est également engagée pour l’alphabétisation des élèves issus des familles démunies, ainsi que pour la protection de l’environnement avec près de 19 000 arbres plantés, ou encore contre le sida et le paludisme. Le père K. O. Sebastian, supérieur de l’école salésienne de Maram, souligne que « c’est la troisième fois que notre établissement reçoit une distinction de la part du gouvernement dans le cadre des services rendus par le groupe NSS de notre école ». Le prêtre explique qu’en 2018, sœur Pramar faisait également partie des trois lauréats du prix Swachh Bharath Hero, remis par le Premier ministre. Il ajoute que l’école « est située dans une région rurale, où certaines tribus indigènes sont prédominantes ». Le père Sebastian explique que l’école cherche à enseigner « avec une approche missionnaire, en garantissant un accès équitable et abordable à l’éducation aux défavorisés, aux marginalisés et à tous ceux qui le méritent ». « Sœur Pramar, en plus de son travail comme enseignante, a pu se démener pour le développement d’un service communautaire dévoué auprès des populations indigènes vivant près de l’école », salue le prêtre. Après neuf années comme enseignante responsable du groupe NSS de l’école, sœur Pramar explique que « Dieu a fait de moi un instrument pour glorifier son nom auprès des jeunes de l’école ; je me réjouis de ce travail auprès des jeunes, et comme le dit la Bible, ‘Dieu aime celui qui donne joyeusement’ ».

(Avec Asianews, New Delhi)


CRÉDITS

DR